Monopoly, Cluedo, La Bonne Paye... 5 choses à savoir sur Hasbro

·6 min de lecture

Chaque mercredi, Yahoo vous invite à mieux connaître une entreprise. Petits secrets, anecdotes, histoires insolites, ne manquez pas l’occasion d’épater vos amis. Pour ce 70e épisode, coup de projecteur sur le leader mondial des jouets et des jeux de société : Hasbro.

1 - Hasbro s’invite dans tous les foyers

Qui, dans sa vie, n’a jamais reçu ou offert des paquets estampillés Hasbro ? Pour se rendre compte du poids du géant américain, il suffit de se rendre dans la chambre de vos enfants ou bien de fouiller vos placards. Vous y trouverez sans aucun doute des pistolets Nerf, des figurines Transformers ou des pâtes à modeler Play-Doh. Le toujours très populaire Monopoly, mais aussi le Trivial Pursuit, le Cluedo, La Bonne Paye et l’indémodable Dr Maboul, c’est eux aussi.

Mais au fait, qui a fondé cette entreprise dont le chiffre d’affaires en 2020 flirte avec les 5 milliards de dollars ? Hasbro a été créée en 1923 par les frères Herman, Hillel et Henry Hassenfeld à Providence, dans l’État de Rhode Island, aux États-Unis. Son nom est la contraction de Hassenfeld Brothers. Comme son principal concurrent Mattel, le numéro un mondial du secteur a mis plusieurs années avant de trouver sa voie. La société est passée du textile à la papeterie avant de définitivement s'arrêter sur les jouets au tout début des années 1940. 

Mattel, Lego, Netflix… Retrouvez tous nos épisodes ici

Le légendaire Monsieur Patate, passé entre les mains de millions d’enfants, est l’un de ses premiers succès en 1952. G.I. Joe en 1964 ou My Little Pony en 1983 ont tous eu une place de choix dans les chambres d’enfants. Pour se diversifier, Hasbro décline ses marques en séries télévisées d’animation dans les années 80 puis en films depuis une vingtaine d’années. Avec plus ou moins de succès. 

2 - Comment le Monopoly est devenu un jeu culte 

En presque 100 ans d’existence, Hasbro a pris le temps de développer un catalogue XXL. Dans la longue liste de jouets et de jeux de société répertoriée par l’enseigne, le Monopoly est sans conteste son produit phare. Le jeu est un succès tel depuis des décennies que Hasbro, son éditeur depuis 1991, imprime plus de billets que la Banque fédérale des États-Unis ! Le célèbre jeu de plateau, à l’origine de nombreuses disputes, s’écoule en moyenne à 500 000 exemplaires chaque année en France. Dans le monde, 500 millions de joueurs auraient l’habitude d’acheter des maisons et des hôtels à tout-va. 

La version officielle raconte qu’un chômeur américain prénommé Charles Darrow inventa le Monopoly suite à la crise économique et sociale sans précédent de 1929. Contraint de commercialiser le jeu lui-même en 1934, l’inventeur revend sa création un an plus tard à Parker Brothers, le plus grand fabricant de jeux de société des États-Unis et devient millionnaire. Plus officieuse, une autre histoire voudrait que ce jeu culte a été inventé par une militante féministe au début du XXI siècle. Lizzy Maggie Philips voulait dénoncer le système des rentes immobilières et le capitalisme. The Landlord’s Game proposait un jeu semblable dans le fond à celui que l’on connaît aujourd’hui avec des propriétés à acheter, des petites maisons et des billets. Seule différence : les loyers étaient destinés au pot commun et non pas un joueur en particulier. Celle qui serait à l’origine du jeu n’aurait touché que 500 dollars de la part de Hasbro.

Comment le Monopoly est devenu un jeu culte (Crédit : Getty Images)
Comment le Monopoly est devenu un jeu culte (Crédit : Getty Images)

3 - Hasbro ne veut pas de Montcuq

Automne 2007. Hasbro France a une drôle d’idée. Le fabricant de jouets demande aux internautes de voter pour leurs villes préférées afin qu'elles remplacent les noms de rues sur le plateau. Sauf que tout ne va pas se passer comme prévu. Taquins, les internautes se mobilisent en masse pour… Montcuq, un petit village du Lot rendu célèbre par le fameux sketch de Daniel Prévost en 1976 dans l'émission "Le Petit rapporteur". La petite bourgade de moins de 2 000 âmes emporte les suffrages haut la main avec 53 000 voix loin devant Dunkerque et ses 30 000 votes. 

Le décès de Jacques Martin, le papa du "Petit rapporteur", quelques jours après l’ouverture du suffrage n’est pas étranger à cet élan populaire. Montcuq devait alors remplacer la rue de la Paix dans une édition spéciale du jeu de société. Peu emballée par l’idée, la firme américaine lui a préféré Dunkerque au grand dam des internautes fous de rage. "Nous avons bien joué le jeu du Web participatif en nous pliant à l'humour des blogueurs mais nous maintenons notre cap d'éditeur qui est de développer des produits qui correspondent à une attente commerciale", justifiait le directeur marketing d'Hasbro France à l’époque. Dunkerque ferait-elle plus vendre que Montcuq ? Face au tollé, Hasbro a finalement consenti à fabriquer une édition 100% Montcuq réalisée dans un "esprit humoristique."

>> Inscrivez-vous à notre newsletter "Yahoo Pour Vous" pour recevoir toutes les infos utiles pour votre quotidien

4 - Une poupée jugée malsaine retirée du marché

Pour Hasbro, impossible de viser juste à chaque fois. Si nombre de ses sorties sont couronnées de succès depuis l’après-guerre, certaines ne connaissent pas le même sort. En 2020, une poupée représentant Poppy, l’une des héroïne du film Les Trolls, a été retirée du marché américain après des plaintes qui l’accusait de promouvoir la pédocriminalité. Certains parents estimaient qu’un bouton, placé au niveau de l’entrejambe, était mal placé, rapporte le New York Post. Une pétition mise en ligne sur le site Change.org avait recueilli plus de 460 000 signatures contraignant Hasbro à s’excuser et arrêter la commercialisation du jouet. "Cette fonctionnalité a été conçue pour réagir lorsque la poupée était assise, mais nous reconnaissons que le placement du capteur peut être perçu comme inapproprié", a admis la porte-parole de Hasbro, Julie Duffy, à The Providence Journal. Les parents mécontents ont pu échanger la poupée contre un autre jouet de même valeur.

5 - Un confinement au top

Contrairement à d’autres entreprises comme Air France ou H&M, Hasbro n’a pas vraiment subi les effets de la crise sanitaire. Magasins fermés de longues semaines, course aux jouets plombée par les pertes d’emploi… Le fabricant de jouets était le candidat idéal à une crise profonde. Que nenni. Pendant le confinement strict du printemps 2020, les ventes de jeux de société classiques ont explosé de 83% par rapport à la même période en 2019. Dans le top des dix jouets les plus vendus en France durant la première semaine du confinement, établi par le cabinet d'études NPD, sept jeux de société et trois puzzles squattaient le top 10. 

Dans ce classement, Hasbro a réussi le tour de force de placer deux de ses jeux aux deux premières places (Le Monopoly Classique 2017 et La Bonne Paye). "Les jeux de société ont le vent en poupe. Cela s'explique en partie par le fait que les jeunes comme les adultes prennent du plaisir à poser leurs écrans, à se retrouver ensemble pour un moment de convivialité autour d'une table. Ce qui est assez rassurant", note Frédérique Tutt, experte du secteur du jouet chez NPD, au Point. L’hebdomadaire assure même qu’il se vendrait presque un jeu de société toutes les secondes en France. Le Monopoly, le Trivial Pursuit et le Cluedo ont donc encore de beaux jours devant eux.

VIDÉO - 5 choses à savoir sur Mattel

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles