5 choses à savoir sur EDF

·6 min de lecture

Chaque mercredi, Yahoo vous invite à mieux connaître une entreprise. Petits secrets, anecdotes, histoires insolites, ne manquez pas l’occasion d’épater vos amis. Pour ce 80e épisode, intéressons-nous à un fleuron de l’industrie française : EDF.

1 - 8 avril 1946, la naissance d’EDF

Parler d’EDF, c’est obligatoirement se replonger dans l’histoire de France du XXe siècle. La crise des années 1930 et la Seconde Guerre mondiale ralentissent l’électrification de l’Hexagone. À la Libération, la France victorieuse mais ruinée par l’occupation nazie doit tout reconstruire. À l’époque, plus de 1 000 sociétés différentes participent à la production, au transport et à la distribution de l’électricité. Ce mode de fonctionnement crée d’énormes disparités entre les régions qu'il convient de supprimer.

Pour redresser l’économie française, moderniser les structures existantes mais aussi devenir indépendante énergiquement, la création d’un service public unique de l’électricité devient alors une évidence. Sous l’impulsion du ministre de la Production industrielle Marcel Paul, le Général de Gaulle propose la nationalisation de l’électricité et du gaz. L’Assemblé nationale signe l’acte de naissance d’EDF-GDF le 8 avril 1946. Cette loi "met fin à 120 ans d’histoire des sociétés privées gazières et à 50 ans des sociétés privées d’électricité", précise l'historien spécialisé René Gaudy.

SNCF, La Poste, La Redoute… : Retrouvez tous nos épisodes ici

Pendant les Trente Glorieuses, EDF fait en sorte d’alimenter chaque Français en électricité. Cuisinières, chauffe-eau, lave-linge, grille-pain, réfrigérateurs… La modernité s’invite dans les foyers français et la consommation d’électricité explose. Après des années de croissance, la France se retrouve plongée dans la crise pétrolière en 1973. Le choix du nucléaire s’impose pour assurer son indépendance énergétique. "Entre 1977 et 2002, la France a su construire un parc nucléaire à une vitesse inégalée dans le monde. En 30 ans, 58 réacteurs nucléaires ont été mis en service", relate Le Figaro. Figurent dans cette liste les sites de Gravelines, Paluel ou encore Fessenheim.

2 - Le jour où la France est "tombée en panne"

"La France en panne". C’est par cette formule improbable que Patrick Poivre d’Arvor lance le journal de 20 heures le 19 décembre 1978. Ce jour-là, la France connaît une panne de courant gigantesque sur la quasi totalité du territoire français, à l’exception de l’Alsace alimentée par le voisin allemand. Pendant quatre heures et parfois plus, les Français sont plongés dans le noir à cause de la "défaillance d'un câble électrique à très haute tension (400 000 volts) reliant Nancy à Troyes" ayant "entraîné la chute en cascade de l'ensemble du réseau reliant Paris à l'est du pays", nous rappelle Le Monde.

La forte consommation d’électricité en raison du froid et des fêtes de fin d’année a mis à mal le réseau EDF. Appareils de chauffage, feux de signalisation, métros, trains, ascenseurs, tout s’arrête sans crier gare. Fort heureusement, la panne généralisée du 19 décembre ne débouchera sur aucun incident majeur. Suite à cette journée chaotique, EDF décide de tirer les leçons en dégroupant électriquement les régions pour éviter qu’un problème technique à Brest plonge Marseille dans le noir. Cet épisode a surtout montré à quel point les Français étaient devenus dépendants de l’électricité et qu’il leur est désormais difficile de se passer de cette ressource.

3 - Son statut fait balbutier tous les gouvernements

De tout temps, le statut d’EDF a fait débat et s’est invité à la table de tous les gouvernements. À la fois entreprise publique tributaire des décisions de l’État et société anonyme depuis 2004 dans laquelle les actionnaires peuvent investir, la situation d’Électricité de France n’est pas banale. Récemment, le ministre de l’Économie a indiqué qu’il n’excluait pas une nationalisation de l’entreprise sur BFM Business : "Aucune option, à partir du moment où on ouvre une nouvelle ère, ne doit être écartée. Il faut toutes les regarder sereinement." Aujourd’hui, l’État est actionnaire majoritaire de l’entreprise à hauteur de 84%.

Dans un contexte de flambée des prix de l’énergie, les relations ne sont pas au beau fixe entre Électricité de France et l’État. EDF, accusé par le gouvernement de gonfler volontairement ses pertes, a été contraint de vendre davantage d'électricité à bas prix à ses concurrents pour faire baisser la facture d’électricité des Français. EDF va ainsi vendre à un tarif réduit jusqu'à 40% de sa production électrique en 2022, au lieu de la vendre au prix fort du marché. Perte de chiffre d’affaires estimée : environ 8 milliards d’euros selon le groupe. « Après l'avoir beaucoup combattue, nous vivons cette décision comme un véritable choc », réagi Jean-Bernard Levy, le PDG d'EDF, suite à cette annonce. En soutien de leur dirigeant, les quatre principaux syndicats du secteur énergétique ont lancé un appel commun à la grève des salariés d’EDF le 26 janvier 2022 pour protester contre "la destruction d’EDF". Ambiance...

4 - Aucun réacteur EDF n’est aux normes, selon Greenpeace

Le 11 mars 2011, un violent séisme provoque une catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima, au Japon, entraînant ainsi le plus grave accident nucléaire depuis Tchernobyl vingt-cinq ans plus tôt. En 2021, dix ans après la catastrophe de Fukushima, l’ONG Greenpeace a sorti une note au vitriol dans laquelle elle dénonce la lenteur des "mesures mises en œuvre pour mettre le parc nucléaire français aux normes post-Fukushima". Son constat est alarmant : "aucun réacteur en fonctionnement n’est à niveau". Au rythme actuel, il faudrait attendre 2039 pour que l’ensemble des normes mises en place après Fukushima soient remplies. "Une nouvelle fois, EDF profite de l’absence de transparence et de contrôle démocratique pour s’affranchir de ses obligations aux dépens de la population qui court donc un risque accru d’accident nucléaire majeur", lâche l’ONG.

Aucun réacteur EDF n’est aux normes, selon Greenpeace (Crédit : Reuters)
Aucun réacteur EDF n’est aux normes, selon Greenpeace (Crédit : Reuters)

5 - L’EDF a des stocks de comprimés d’iode

Avec la guerre déclenchée par la Russie en Ukraine et la menace nucléaire qui en découle, de plus en plus de patients européens se ruent dans les pharmacies pour acheter des pastilles d’iode. Mais ce traitement, utile pour protéger la thyroïde de la radioactivité, n’est disponible en France que selon un protocole strict contrairement à la Belgique où des les boîtes d'iode sont mises gratuitement à disposition de la population depuis 2018. Dans l'Hexagone, seules les personnes vivant dans un rayon de 20 kilomètres autour des 19 sites nucléaires d’EDF peuvent acheter ces fameux comprimés. Dans le cas contraire, votre pharmacien ne pourra pas vous en fournir.

"Les campagnes de distribution des comprimés d’iode ont lieu régulièrement depuis 1997 et concernent les personnes qui résident ou travaillent à proximité d’une centrale nucléaire", indique EDF. Avaler des comprimés d’iode en prévention est inutile, voire dangereux. En cas accident nucléaire, l’EDF dispose de réserves permettant d’alimenter une partie de la population.

VIDÉO - Hausse des prix de l’énergie : une première en 15 ans pour EDF !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles