5 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur Notre-Dame de Paris

La cathédrale Notre-Dame de Paris, belle et majestueuse (AFP)

Anecdotes historiques, détails architecturaux… la cathédrale Notre-Dame de Paris, ravagée par les flammes lundi soir, regorge de petites histoires.

Les images sont terribles. Lundi 15 avril 2019 sous les coups de 18h50, un incendie se déclare à Notre-Dame de Paris et ravage la cathédrale. Si la structure de l’édifice est sauvée grâce au travail des pompiers, l’emblématique flèche s’est effondrée sous les yeux du monde entier. Véritable trésor national, la cathédrale Notre-Dame de Paris est le monument le plus visité de France et même d’Europe. Elle recèle de nombreux petits secrets méconnus du grand public et des 13 millions de touristes qui la visitent chaque année.

On lui doit une célèbre expression

Au début des années 1160, l’évêque Maurice de Sully décide de la construction d’un sanctuaire d’un nouveau genre, beaucoup plus vaste. La première pierre de la cathédrale Notre-Dame de Paris aurait ensuite été posée en 1163 par le pape Alexandre III, selon la tradition. Mais Maurice de Sully, mort en 1196, ne verra pas son projet aboutir puisque la construction de l’édifice prend énormément de temps. Plusieurs phases se succèdent et de nombreuses modifications sont apportées au fil des années, par les différents rois. L’histoire raconte que les riverains étaient lassés de cette longue attente et espéraient avec impatience la fin des travaux. L’expression “je ne vais pas attendre 107 ans“, évoquant la durée de construction de la cathédrale, serait ainsi née. Il faut cependant préciser que la construction du monument se serait achevée en 1345, soit 182 ans après le début des travaux.

Elle a été construite sur plusieurs églises

Si les travaux ont duré bien longtemps, c’est également dû à l’importance de Notre-Dame de Paris, très imposante. Mais avant elle, il y avait également un autre édifice religieux. Il s’agit de la cathédrale Saint-Étienne de Paris. Celle-ci a été détruite afin de construire un nouveau monument, plus grand et plus majestueux. Selon des hypothèses avancées à la suite de fouilles archéologiques, Notre-Dame de Paris aurait été construite à l’emplacement même de deux à quatre édifices religieux. Ce lieu est donc chargé d’histoire et pas seulement depuis la construction de la cathédrale que l’on connaît.

Le point zéro des routes de France

Notre-Dame de Paris recèle de nombreux trésors, dont certains n’ont malheureusement pas pu être sauvés des flammes. Une autre perle se trouve également sur le parvis de la cathédrale.

Le point zéro des routes de France (Wikipédia)

Cette image montre le point zéro des routes de France. Il s’agit du point kilométrique 0 des routes quittant la capitale. Il sert également de point de repère pour le calcul des distances avec les autres villes de l’Hexagone. Situé à quelques mètres de l’entrée du monument, ce lieu fut fixé par Louis XV en 1769 comme étant le point zéro. Il fut matérialisé une première fois par une borne en 1786, sous les ordres de Louis XVI. Ce n’est qu’en 1924, après 12 ans de débats au Conseil municipal de Paris, que la plaque actuelle représentant une rose des vents fut posée.

Notre-Dame sauvée par Victor Hugo

Notre-Dame de Paris aurait pu disparaître au XIXe siècle. Durant la Révolution française, la cathédrale connaît une période très compliquée. Elle est prise d’assaut par les révolutionnaires qui voient dans ce monument un symbole du pouvoir. Les statues de la galerie des rois sont détruites, tout comme une partie du mobilier et de nombreux tableaux. L’édifice est délabré, à tel point qu’il est envisagé de le détruire complètement. Mais le roman Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, publié en 1831, change la donne.

Sans doute c’est encore aujourd’hui un majestueux et sublime édifice que l’église de Notre-Dame de Paris

Victor Hugo

Véritable plaidoyer en faveur de la préservation de la cathédrale, le roman séduit les lecteurs et contribue à sauver le monument. Sa restauration est lancée en 1843 sous l’égide de deux architectes, Eugène Viollet-le-Duc et Jean-Baptiste-Antoine Lassus.

La flèche était en cours de rénovation

Le cœur des Français s’est déchiré au moment de l’effondrement de la flèche emblématique de Notre-Dame de Paris. Réinstallée lors de la restauration du XIXe siècle par Viollet-le-Duc, elle mesurait 93 mètres de haut. Des travaux avaient été lancés en avril 2018 dans le but, entre autres, de refaire son étanchéité, compromise à cause de la pollution. Le coût des travaux était estimé à 60 millions d’euros, dont 11 millions pour l’unique flèche. Les rénovations sont régulières et nécessaires afin d’assurer la “bonne santé” de la cathédrale. En 2013, la cathédrale avait également accueilli 9 nouvelles cloches géantes. Parmi les 10 cloches du monument, seul le bourdon Emmanuel, datant de 1686, subsiste. Il a été classé monument historique en 1944.