Cinéma drive-in: 5 choses auxquelles penser avant votre séance

Clément Vaillant

CINÉMA - Si vous êtes amateur du 7e art, les mythiques drive-in présents dans de nombreux films américains n’ont aucun secret pour vous. Avant la réouverture des salles obscures attendues pour le mois de juillet, ces reliques de “l’ancien monde” s’offrent une seconde jeunesse dans l’Hexagone pendant l’épidémie de Covid-19.

Façon de se garer, alternatives au pop-corn, type de véhicule à utiliser... Les spectateurs du “Drive-in Festival” de Bordeaux ont dévoilé au HuffPost leurs meilleures astuces, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.  

À l’origine de cette initiative, un groupe de bénévoles bien décidé à continuer de faire vivre ce désir de culture pendant la crise du coronavirus. Depuis le 16 mai, une quarantaine d’entre eux sont mobilisés pour organiser des projections sur la place des Quinconces, la plus grande place de France, le long des quais à Bordeaux.

“En cette période de vache maigre ou il n’y a rien, l’idée était de montrer que le cinéma est plus fort que tout et que regarder un film à plusieurs ça n’est pas pareil que le voir tout seul chez soit devant sa tablette”, explique au HuffPost Mathieu Robinet, initiateur de ce projet associatif qui prendra fin dès la réouverture des salles.

Pinces crocodiles et charcuterie

Face à cet écran géant gonflable, 220 voitures ont assisté mardi 19 mai à la projection de “Whiplash” de Damien Chazelle. Dans les voitures, chacun à ses astuces pour profiter au mieux de cette expérience vintage. Au premier rang, Marie-Claire a décidé de transformer le tableau de bord de sa Twingo en table de pique-nique géante. Tapas, fromages, charcuterie et gaspacho viendront accompagner ce moment de poésie sous le ciel étoilé. 

La bande son du film est directement diffusée sur l’auto-radio des voitures à l’aide d’un signal FM mis à disposition par la mairie de Bordeaux. Mais gare aux pannes de batterie ! “C’est un problème très récurent en fin de soirée”, explique Clément Collignon, coordinateur général du festival....

Retrouvez cet article sur le Huffington Post