A 4h du matin, Cédric Jubillar contacte une voisine : "Dis à Delphine de rentrer"

·2 min de lecture

Delphine Jubillar semblait trop belle, trop rayonnante. Sa disparition, dans la nuit du 15 au 16 décembre demeure inexpliquée. Un drame familial ? Un amant ? Une mauvaise rencontre ? Une disparition ? Rien ne convainc Me Philippe Pressecq, avocat des cousines et amies de la jeune femme.

Paris Match. Où en est le dossier Delphine Jubillar ?
Me Philippe Pressecq. C’est le mystère sur la disparition de Delphine, et le mystère sur l’enquête. Nous n’avons pas encore accès au dossier. Cela viendra. Mais pour l’instant nous ne savons rien. Des plongeurs ont fouillé le Tarn à Marssac (ndlr : à une dizaine de kilomètres à l’ouest d’Albi). Pourquoi spécifiquement à cet endroit ? Nous ne le savons pas. Il semble que depuis la disparition de Delphine le 16 décembre les enquêteurs ont des éléments puisque l’affaire a rapidement pris un tour criminel. Nous avons eu une enquête intense, exhaustive et complète deux jours après la disparition. Soit cela est dû à un excès de zèle du parquet. Soit il y a des éléments précis qui permettent tout de suite de définir une disparition inquiétante. Cela a permis que tout soit rapidement entrepris pour faire avancer l’enquête.

Lire aussi :Où est passée Delphine Jubillar ?

Que sait-on de ce qui aurait pu se passer dans la maison des Jubillar, à Cagnac-les-Mines ?
Il n’y aurait pas eu a priori d’acte de violence dans cette maison. Le couple ne s’entendait plus, mais rien ne laisserait présager une guerre entre eux ou un climat de violence.

Pensez-vous que les enquêteurs laissent mijoter un suspect, qu’ils auraient en ligne de mire ?
J’aimerais que ce soit le cas. Il n’y a rien de pire que l’incertitude.

Le couple ne vivait plus ensemble…
Il semble qu’elle avait décidé d’entamer une procédure de divorce en effet au début de l’année 2021 (ndlr : une avocate albigeoise avait été contactée par Delphine en ce sens). Mais la seule chose qui semblait l’intéresser au moment de sa disparition, c’était la préparation de Noël et des fêtes.

Qu’en pensent vos clients ?
Aucune hypothèse(...)


Lire la suite sur Paris Match