La 4e vague devient "réalité": Attal alerte sur la progression de l'incidence et du variant Delta

·2 min de lecture
Gabriel Attal, le 13 juillet 2021 à l'Elysée - BFMTV
Gabriel Attal, le 13 juillet 2021 à l'Elysée - BFMTV

Gabriel Attal alerte: "La quatrième vague pourrait avoir commencé, ce n'est plus un risque, c'est une réalité." "L'épidémie reprend dans notre pays, elle reprend vite", s'est alarmé ce mardi le porte-parole du gouvernement au sortir du Conseil des ministres, évoquant le "cap franc et clair" donné par Emmanuel Macron lundi lors de son allocution, au cours de laquelle il a notamment annoncé la vaccination obligatoire pour les personnels d'établissements médicaux et médico-sociaux et l'extension du pass sanitaire.

"Nous agissons vite pour prendre l'épidémie de court, nous agissons tôt pour que cette vague ne nous submerge pas", a fait valoir Gabriel Attal lors de son point presse, détaillant la dégradation des indicateurs épidémiques.

Progression du variant Delta

"Au niveau national, le taux d'incidence accélère sa remontée. En une semaine, il a progressé de plus de 60% et il s'approche du seuil d'alerte", a indiqué le porte-parole du gouvernement, évoquant "une moyenne de plus de 3000 cas par jour".

Déjà passé majoritaire au cours du week-end écoulé, "la part du variant Delta continue à augmenter", a poursuivi le ministre. Il "dépasse désormais les 60% des contaminations détectées dans notre pays".

"Dans plusieurs départements de métropole, le taux d'incidence augmente extrêmement rapidement et dans 8 d'entre eux, il dépasse le seuil d'alerte de 50, il s'élève à 83 à Paris, près de deux fois plus qu'il y a une semaine. Il progresse de manière majeure dans toute l'Île-de-France, notamment chez les jeunes, il fait plus que doubler en région Sud. Dans le département des Pyrénées-Orientales, le taux d'incidence a augmenté de plus de 600% en une semaine, c'est du jamais-vu sur un territoire sur un temps si court depuis le début de l'épidémie", a pointé Gabriel Attal.

Le vaccin, une "carte-maîtresse"

"Seul un schéma vaccinal complet est pleinement protecteur vis-à-vis du variant Delta", a rappelé le porte-parole, évoquant le vaccin comme un "moyen de maîtriser (l'épidémie)" et de "faire plier le variant".

La vaccination, une "carte maîtresse" qui "freine considérablement l'épidémie aussi": "L'institut Pasteur nous apprend qu'une personne non-vaccinée a 12 fois plus de risques de contaminer quelqu'un" et qu'une personne vaccinée a 20 fois moins de risques "de contracter une forme grave de la maladie", a détaillé Gabriel Attal, déplorant le fait qu'à ce stade, la couverture vaccinale restait "insuffisante".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles