45 ans après la mort brutale d'une mère, sa fille demande des réponses

·2 min de lecture

Une femme réclame des réponses après le meurtre de sa mère, aux Etats-Unis, en 1976.

Voilà 45 ans que Dorothy Dottie Milliken est morte. Cette Américaine qui avait à l’époque 27 ans, a été retrouvée sans vie le 6 novembre 1976 devant une laverie automatique de Beal, dans le Maine. Plusieurs décennies après ce drame, sa fille réclame des réponses. Dans un communiqué publié la semaine dernière par la police, Tonia, qui n’avait que sept ans à l’époque, explique : «La douleur de la perte ne disparait jamais. Vous l’avez avec vous chaque jour qui passe».

Le jour du meurtre, Dorothy avait changé exceptionnellement ses habitudes. D’ordinaire, elle faisait sa lessive le matin avec sa fille Tonia, mais le vendredi 5 novembre 1976, elle a décidé de se rendre à la laverie le soir alors qu'elle se préparait à retourner au travail le lundi suivant, après son congé maternité. Dorothy a quitté son domicile vers 23 heures. Son corps a été découvert par un livreur de journaux le lendemain matin. Une autopsie a révélé qu'elle était décédée d'un traumatisme contondant à la tête. Mais aucun suspect n’a jamais été inculpé pour ce crime.

"C'est le moment"

«Le premier petit ami, le premier spectacle de danse, quand on se marie, que l’on a des enfants, tous ces grands moments de la vie connaissent un vide parce que l’on souhaite pouvoir parler à sa mère et partager ces moments avec elle», confie Tonia. Elle estime que tant d’années plus tard, il est temps, enfin, d’obtenir des réponses. «C'est le moment. Je mérite, ma sœur et ma famille méritent de tourner la page et ce n’est pas juste que la personne qui a fait ça puisse vivre avec sa conscience comme si tout allait bien, parce que tout ne va pas bien. On ne peut pas voler une vie. Il est temps de dire la vérité, de s’enlever le poids qu’ils ont peut-être sur le cœur et de(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles