44 morts : la Birmanie connait sa journée la plus sanglante depuis le coup d’Etat militaire

·1 min de lecture

Une journée sanglante. En Birmanie, après les protestations contre le coup d'État survenu le 1er février, la répression s'intensifie. Le pays a connu sa journée la plus meurtrière depuis la prise de pouvoir des militaires, dimanche avec au moins 44 civils tués. Au total, plus de 120 personnes sont décédées ces six dernières semaines, d'après l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP). L'armée a également recours aux arrestations en masse : l'AAPP recense désormais plus de 2.000 arrestations. Elle a par ailleurs procédé à des coupures du réseau mobile et d'internet. Parmi les prisonniers figure notamment Aung San Suu Kyi, 75 ans, ancienne cheffe de facto du gouvernement civil. Elle devait comparaître en vidéoconférence ce lundi, mais l'audience a dû être reportée au 24 mars faute de connexion internet. La prix Nobel de la paix 1991 est poursuivie pour au moins quatre chefs d'accusation: importation illégale de talkies-walkies, non-respect des restrictions liées au coronavirus, violation d'une loi sur les télécommunications et incitation aux troubles publics. L'armée l'accuse aussi de corruption en affirmant qu'elle a perçu 600.000 dollars et plus de onze kilos d'or de pots-de-vin.

Lire aussi - Que se passe-t-il en Birmanie, après le coup d’État militaire ?

Atteinte aux intérêts chinois ? Des usines chinoises ont été prises pour cible par des groupes de manifestants, dimanche. La tension a été particulièrement forte à Hlaing Tharyar, une banlieue industrielle...


Lire la suite sur LeJDD