"4000 euros par mois, c'est la classe moyenne": Bayrou répond à "une polémique de plus"

Ambre Lepoivre
·2 min de lecture
Le président du MoDem François Bayrou le 22 septembre 2020 à Paris - MARTIN BUREAU © 2019 AFP
Le président du MoDem François Bayrou le 22 septembre 2020 à Paris - MARTIN BUREAU © 2019 AFP

"Une polémique, une de plus." Les mots de François Bayrou, invité dimanche sur le plateau du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, ont fait bondir la classe politique. Interrogé sur l'opportunité d'une contribution exceptionnelle des plus riches en période de Covid pour résorber la dette publique, le président du MoDem et Haut-commissaire au Plan a répondu: "Pourquoi pas?".

Mais qui sont les plus riches? "4000 euros par mois, pour moi c'est les classes moyennes (...) Je ne dis pas que c'est les riches."

Il s'est ainsi attiré les foudres de ses opposants politiques qui ont, à l'unisson, dénoncé la "déconnexion" du leader centriste quant au revenu moyen des Français. En effet, selon les chiffres de l’Insee publiés en 2018, la classe moyenne englobe les personnes dont le revenu disponible est compris entre 1390 euros et 2568 euros, bien en-deça des 4000 euros cités par François Bayrou donc. Et moins d'un salarié sur dix gagne plus de 4000 euros net par mois.

"Stupide et insultant"

Le centriste a cependant réaffirmé ses propos ce lundi matin dans une vidéo publiée sur sa page Facebook. En 3mn37, il "prouve" que 4000 euros représentent bien le revenu de la classe moyenne en apportant une précision importante, omise dimanche: il englobe cette fois-ci le revenu d'un ménage composé de deux personnes et non d'une seule, soit un salaire de 2000 euros chacun.

"Un couple d'infirmiers à l'hôpital gagne entre 4500 et 5000 euros. Un couple d'enseignants à la retraite gagne un peu plus de 5000 euros par mois. Est-ce-qu'on peut prétendre que ces couples sont riches? Evidemment c'est stupide et d'une certaine manière, insultant", commence François Bayrou.

"Accusation de privilèges"

Selon lui, le procès qui lui a ensuite été intenté relève de l'utilisation du mot "riche". "Derrière ce mot, il y a une accusation de privilèges. On les stygmatise (...) Il ne faut pas s'étonner que notre pays soit perpétuellement déclassé s'il est dans cette obsession de stygmatiser ceux qui ont un peu avancé et monté de plusieurs degrés dans l'échelle sociale (...) Refuser cela est révélateur du mal français", déclame-t-il, estimant que "de nombreux chercheurs formés en France s'établissent à l'étranger, faute de reconnaissance par les revenus, par les moyens de la recherche".

Sous le précédent quinquennat, François Hollande avait pour sa part considéré qu'un revenu égal à 4000 euros marquait l'entrée dans la richesse. Egalement interrogé sur cette question abrasive, Emmanuel Macron avait quant à lui préféré distinguer le salaire et la rente provenant du patrimoine et de l'héritage. C'est d'ailleurs à ce titre qu'il a "mis en place un nouvel impôt sur la fortune qui concerne le patrimoine immobilier mais plus la détention d'actions dans les entreprises", comme le rappelle France Culture.

Article original publié sur BFMTV.com