Il y a 40 ans, la tentative d’assassinat de Jean-Paul II

·1 min de lecture
La place Saint-Pierre et la basilique Saint-Pierre, au Vatican (Rome, Italie). 
La place Saint-Pierre et la basilique Saint-Pierre, au Vatican (Rome, Italie).

C'était encore la grande époque de la guerre froide. Les services secrets des blocs de l'Est et de l'Ouest s'en donnaient à c?ur joie pour multiplier les coups tordus. Le pape Jean-Paul II a-t-il été la victime de l'un d'eux, le 13 juin 1981, lorsque le nationaliste turc Mehmet Ali A?ca tira à deux reprises sur lui place Saint-Pierre ? La question reste ouverte.

À LIRE AUSSILa part d'ombre de Jean-Paul II

Voici les faits : en fin d'après-midi, à bord de sa papamobile, le pape traverse la place Saint-Pierre, remplie de 20 000 fidèles venus assister à l'audience générale hebdomadaire. Il bénit béatement la foule quand, soudain, à 17 h 17, deux coups de feu claquent. Dieu devait être en pause-café car une des balles lui perfore l'intestin grêle et le côlon sigmoïde. Jean-Paul II s'effondre dans les bras de son secrétaire particulier. L'auteur des coups de feu n'a pas le temps de s'enfuir : une religieuse, toute proche, lui tombe sur le paletot, aussitôt aidée par le chef de la sécurité vaticane. L'homme est immobilisé. Plus tard, on apprendra qu'un complice était chargé de lancer une grenade offensive dans la foule pour faire diversion mais qu'il a failli à sa mission. Une ambulance emporte le pape à l'hôpital, où il est opéré en urgence.

Qui a armé la main du tireur ?

Le tireur est identifié : il s'agit d'un jeune Turc de 23 ans, un ultranationaliste appartenant à la secte des Loups gris. Mehmet Ali A?ca est un ex-voyou, contrebandier, prêt à tout pour se faire [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles