A 40 ans, la poupée Corolle reste un fleuron du jouet français

1 / 2

A 40 ans, la poupée Corolle reste un fleuron du jouet français

L'entreprise Corolle a délocalisé la fabrication en Chine, mais la conception des poupées et de ses accessoires est toujours faite en Indre-et-Loire. Car la marque mise sur "l'image de marque française" pour vendre ses produits aux enfants du monde entier: 40% du chiffre d'affaires est réalisé à l'export.

Des visages de poupons, en plastique souple, qui s'inspirent de photos d'enfants de toutes origines, une garde-robe tendance: fleuron du jouet français, Corolle, vend chaque année 1,5 million de produits dans le monde dont 60% de poupées. Créée en 1979 sur les bords de la Loire par les parents d'une petite Carole, qui a inspiré le nom à l'entreprise, Corolle est aujourd'hui dans le giron du groupe allemand Simba Dickie, l'un des cinq leaders sur le marché du jouet européen, après avoir appartenu au groupe américain Mattel (propriétaire de la marque concurrente Barbie).       

Membre de l'Association des créateurs-fabricants de jouets français (ACFJF), l'entreprise a délocalisé sa fabrication en Chine depuis 2003. "C'est le lot de l'ensemble du marché du jouet", relativise Frédérique Tutt pour qui l'entreprise est "un beau fleuron du jouet français".

Mais l'entreprise a toujours su garder "son ADN", relève Frédérique Tutt, experte du marché mondial du jouet au cabinet NPD. L'une de ses forces, c'est d'être "un cadeau qui marque", estime cette spécialiste du secteur.

Des poupées entre 35 et 70 euros     

"Corolle s'illustre vraiment sur le marché de la poupée, parce qu'elle a une délicate senteur de vanille, une odeur si singulière, une sorte de madeleine de Proust" pour les petites filles devenues femmes, affirme Sylvia Venus, directrice de la création et du design.

Depuis 40 ans, c'est...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi