Il y a 40 ans, Giscard d’Estaing disait « Au revoir » à la France. Snif !

·1 min de lecture
Le président de la république Valéry Giscard d'Estaing répond aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse, le 26 juin 1980 à l'Elysée à Paris.
Le président de la république Valéry Giscard d'Estaing répond aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse, le 26 juin 1980 à l'Elysée à Paris.

Le 10 mai 1981, Valéry Giscard d'Estaing est battu par François Mitterrand aux élections présidentielles. Il a le c?ur gros. Il juge sa défaite injuste. Il subodore, avec raison, une traîtrise du RPR orchestrée par Jacques Chirac. Bref, quand VGE rédige son allocution de fin de mandat diffusée le 19 mai 1981 sur Antenne 2, il n'échappe pas au ton mélodramatique.

Il organise lui-même la mise en scène de sa prestation. Nous étions encore le monde d'avant, quand les désirs des présidents de la République étaient des ordres pour les présidents des chaînes publiques. Giscard s'est mis en tête d'achever son allocution par un au revoir. Lui, l'homme le plus intelligent de France, ne va pas s'avouer définitivement vaincu. Dans ses mémoires, il livre les consignes qu'il donna personnellement au caméraman chargé de l'enregistrement : « Lorsque j'aurai terminé mon texte, j'attendrai un instant avant de dire « au revoir » en regardant la caméra, c'est-à-dire les téléspectateurs, puis je me lèverai et me dirigerai vers la porte. Je sortirai et fermerai la porte derrière moi. Pendant ce temps, quelques secondes tout au plus, j'aimerais que la caméra me suive, sans changer de plan, jusqu'à ce que la porte soit refermée. » Du grand Hitchcock !

À LIRE AUSSIFOG ? Giscard, l'incompris

Pathétique

Malheureusement, le réalisateur Giscard n'avait pas noté que la porte par où il avait prévu de faire sa sortie émouvante se trouvait à une quinzaine de mètres de son siège. Lui pensait d [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles