40% des 12.000 salariés de SFR en chômage partiel

1 / 2

40% des 12.000 salariés de SFR en chômage partiel

L'opérateur de télécommunication SFR (groupe Altice, également propriétaire de BFMTV) a fait une demande de chômage partiel concernant 5.000 postes, soit 40% de l'effectif. Une situation dénoncée comme un "effet d'aubaine" par la CFDT qui conteste la justification économique de la mesure dans un communiqué mardi.

Pour la CFDT, le pôle télécom d'Altice France (SFR et d'autres filiales) est certes constitué de boutiques "au sein desquelles les vendeurs ne peuvent assurément ni effectuer leur travail en présentiel ni à distance", mais aussi "de milliers d'autres salariés qui peuvent parfaitement continuer de travailler à distance". Par ailleurs, "les clients en parc ne résilient pas soudainement leurs abonnements" et "au contraire, la période montre que les connexions explosent ... et les forfaits avec", indique le syndicat, pour qui "la justification économique qualifiée de +dramatique+ par la direction n'est donc absolument pas constituée".

Dans son communiqué, la CFDT évoque une demande de chômage partiel émanant de la direction concernant 6.000 salariés, soit quelque 60% de l'effectif.

40% du périmètre de 12.000 salariés

Pour sa part, SFR évoque 5.000 salariés au chômage partiel (dont 3.500 pour la force de vente), soit 40% du périmètre de 12.000 salariés et invoque la fermeture des boutique mais aussi l'arrêt des fonctions développement et de toutes les activités annexes. "Nous mobilisons la maintenance, la supervision...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi