4 Vérités - Sarkozy : "On ne doit pas juger le suffrage populaire"

"Il y a 58 millions d'Américains qui ont choisi démocratiquement Donald Trump. Ce choix est démocratique et doit être accepté", réagit Nicolas Sarkozy dans les 4 Vérités ce jeudi matin à propos de l'élection de Donald Trump.

"En démocratie, l'électeur a raison, y compris lorsqu'il a choisi, il y a cinq ans, monsieur Hollande. C'est la règle. J'ai félicité monsieur Hollande, il a exercé le pouvoir et on s'est rendu compte de la catastrophe absolue à laquelle nous étions confrontés", ajoute l'ancien chef de l'État.

Est-ce que le monde est moins sûr avec Donald Trump ? "Vous plaisantez, rétorque-t-il. Vous savez, quand les Américains se sont réveillés après que nous ayons élu François Hollande, qui proposait une taxe à 75% (sur les très hauts revenus, NDLR), je ne suis pas sûr qu'ils aient été très rassurés aussi !"

"On doit écouter le suffrage populaire"

Et de développer : le Brexit et l'élection américaine "montrent des peuples en colère. Les responsables politiques doivent écouter le suffrage populaire. On ne doit pas le juger. La dénégation de la réalité est insupportable pour des classes moyennes qui souffrent d'un déclassement et qui n'en peuvent plus. La dénégation de la réalité des élites conduit à la radicalisation du vote populaire".

Le candidat à la primaire de la droite, dont le premier tour a lieu le 20 novembre, "propose une alternance forte qui est la seule à faire barrage à la montée d'un certain extrémisme". Et de scander : "Quelqu'un qui pose la question de l'immigration en France n'est pas un frileux, quelqu'un qui dit que la France a besoin de frontières n'est pas un nationaliste, et quelqu'un qui exprime sa colère au moment du vote n'est pas un populiste ! Combien de fois faudra-t-il (...) Lire la suite sur Francetv info

Présidentielle américaine : malgré les manifestations, la transition est en marche
Que fera Nadine Morano en cas de victoire d'Alain Juppé à la primaire à droite ?
Présidentielle américaine : Barack Obama et Donald Trump à l'heure de la transition
Présidentielle américaine : des manifestations anti-Trump émaillent le pays
Michou, l'"ami de trente ans" d'Alain Juppé