Il y a 4 500 ans, des hybrides d’ânes produits pour faire la guerre

·1 min de lecture
Détail de l'étendard d'Ur : char de guerre tiré par un équidé lors d'une bataille. 
Détail de l'étendard d'Ur : char de guerre tiré par un équidé lors d'une bataille.

Bien que les chevaux domestiques n?aient été introduits en Mésopotamie qu?il y a 4 000 ans, il existe de nombreux témoignages de l?utilisation des équidés par l?homme, dans cette région du monde, plusieurs siècles auparavant. Que ce soit dans les textes ou dans l?iconographie. Ainsi le fameux étendard d?Ur, mosaïque sumérienne vieille de 4 500 ans, en représente-t-il déjà tirant des chars sur un champ de bataille tandis que les tablettes cunéiformes de cette période évoquent un mystérieux équidé de haute valeur marchande appelé « kunga ». Un animal non identifié dont la nature précise fait débat.

Pour tenter d?élucider cette énigme historique, une équipe de chercheurs spécialisée en paléogénomique, dont des Français de l?Institut, Jacques Monod (CNRS-université de Paris), a entrepris d?étudier les génomes des équidés découverts dans le complexe funéraire princier d?Umm el-Marra, situé au nord de l?actuelle Syrie et vieux de 4 500 ans. Des spécimens dont les spécialistes estiment qu?il pourrait s?agir de fameux kungas.

Détail du panneau de la guerre de l?« étendard d'Ur », coffre en bois couvert de mosaïque, conservé au British Museum de Londres. © Thierry Grange / IJM / CNRS-Université de Paris

Des hybrides bien particuliers

Le génome de ces animaux, bien que dégradé, a pu être comparé à celui de chevaux, d?ânes domestiques, mais aussi d?ânes sauvages syriens de la famille des hémiones, malheureusement disparus au début du vingtième siècle. Pour l?occasion [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles