Il y a 300 ans ouvrait la première école de médecine navale au monde, à Rochefort

Romain Osi

Le 5 février 1722, ouvrait la première école de médecine navale au monde. Si les progrès de la médecine ont complètement changé les pratiques, les missions des chirurgiens navigants n’ont pratiquement pas bougé.

En février 1722, quatre élèves rentraient dans la toute première école de médecine navale de Rochefort (Charente-Maritime). Ils avaient 14 ans révolus, savaient lire et écrire, avaient des mains sans difformités, savaient raser et pratiquer la saignée. Le lieu a depuis formé 6.572 chirurgiens "navigans" jusqu’à sa fermeture en 1964 et le déménagement à Bordeaux du centre de formation des médecins de la navale. . 300 ans plus tard, les héritiers des quatre premiers praticiens au sein de l’Amicale Santé Navale et Outre-mer (ASNOM) se sont réunis le 10 juin 2022 à Rochefort pour évoquer ce passé et considérer -avec quelques inquiétudes- les perspectives d’avenir de ce curieux métier militaire.

Les exigences à l’entrée de la navale ont évidemment beaucoup évolué en trois siècles avec notamment la date clé de 1743 où la chirurgie passe du domaine de la barberie (les navires avaient auparavant l’obligation d’embarquer un barbier qui servait aussi de soignant) à celui de la médecine. Créateur de l’école, Jean Cochon-Dupuy (1674-1757) puis son fils Gaspard (1710-1788) et enfin leur cousin Pierre Cochon-Duvivier (1731-1813) ont construit au cours du 18ème siècle un premier règlement encadrant la formation et l’obtention des diplômes et instauré un cursus s’appuyant sur la pratique qui préfigure les centres hospitalo-universitaires d’aujourd’hui. "Le règlement de 1768 comportait dans ses neuf titres tout ce qui touche à la vie d’un établissement de formation : modalités de fonctionnement, locaux, attributions, devoirs, règles d’embarquement, uniformes", a rappelé Claude Rouquet (promotion Bordeaux 1965).

En trois siècles, les responsabilités du médecin à bord ont peu changé

Mais ces progrès constants n’ont en rien entamé les fondements des tâches que doit remplir un médecin à bord. Car il n’y a rien d’évident à s’embarquer pour de longs mois en mer quand on pratique la médecine. "La mission consiste autant à veiller à la bonne santé de l’équipage et à intervenir en cas d’acci[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles