30 km/h à Paris : "A priori, ça ne changera rien", juge une association d'automobilistes

·1 min de lecture

C'est une mesure à laquelle les Parisiens devront se plier, avec une période d'adaptation de quelques jours. À compter de lundi, la vitesse sera limitée à 30 km/h dans la quasi-totalité des rues de Paris, avec environ six rues sur dix qui étaient déjà concernées par cette limitation. Comment les automobilistes vont-ils s'adapter à cette nouvelle donne ? Est-ce que cette mesure va permettre de réduire la pollution ou les bouchons. Yves Carra, porte-parole de l'Automobile club association et invité d'Europe 1, lundi midi, se montre très pessimiste sur l'impact de cette décision.

L'exemple du périphérique

Selon le responsable, cela va augmenter le mécontentement des usagers de la route, contraints de baisser le pied, en dépit du fait que la vitesse moyenne de circulation n'est que de 15 km/h actuellement. "Pour nous, c'est une catastrophe", estime ainsi Khaled, artisan parisien rencontré par Europe 1lundi matin. "On a trois, quatre chantiers sur Paris. Avec la limite de vitesse et les embouteillages, on a à peine le temps de passer sur deux, trois chantiers que la journée est déjà finie. Déjà, à 50 km/h, c'est juste."

L'un des arguments avancés par la mairie de Paris pour mettre en place ces 30 km/h réside dans l'amélioration escomptée des conditions de circulation dans la capitale. "Sur le périphérique, on est passé de 90 à 70 km/h. Qu'est-ce que ça a changé ? Rien, ni en pollution, ni en bruit, ni en fluidité", balaie Yves Carra. "Passer à 30 km/h (…), forts des expériences pa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles