Trente ans après la dissolution de l’URSS : Staline regretté en Russie ?

·1 min de lecture

Le premier volet de notre série consacrée à l'anniversaire des 30 ans de la chute de l'Union soviétique se déroule sur les rives de la Volga, en Russie. Depuis 2014 et l'annexion de la Crimée par la Russie, les statues et les bustes du dictateur soviétique se multiplient à travers le pays. Certains redoutent le renouveau de son culte sur fond d'archives qui demeurent en grande partie fermées et d'une lumière loin d'être faite sur les exactions commises par son régime. Ex-agent du KGB, ex-patron du FSB - les services secrets soviétiques puis russes -, Vladimir Poutine ne cache pas sa nostalgie pour l'époque soviétique. Mais alors qu'il est lui-même accusé d'user des mêmes méthodes contre ses opposants, son régime entretient un rapport ambigu à Staline.

Nos série de reportages sur les 30 ans de la dissolution de l'URSS :

Géorgie post-soviétique : une émancipation sous la tutelle de l'Église orthodoxe

En Ukraine, la "décommunisation" et la chute des symboles soviétiques


Lire la suite

Lire aussi:
Russie : l’impossible mémoire des répressions soviétiques
Memorial ferme son bureau après le meurtre de Natalia Estemirova
L'ONG russe Memorial échappe à la dissolution et poursuit son combat

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles