30 ans après, ces éléments montrent que le mur de Berlin n'a pas totalement disparu

Claire Tervé
Des passants devant un mémorial à Berlin

BERLIN - “Ich bin ein Berliner”, oui, mais de quel côté? Voilà 30 ans que le mur de Berlin est tombé, par la volonté des Berlinois de l’Est et de l’Ouest, le 9 novembre 1989. Pourtant, malgré toutes ces années, il semble qu’une frontière virtuelle persiste entre les deux pans de la capitale allemande. 

“Depuis la fin de l’année 1989, le Mur a disparu, mais les frontières réelles et symboliques n’ont pas disparu pour autant. On verra par exemple qu’une frontière physique, matérielle, a laissé la place à une frontière d’un autre ordre, immatériel, symbolique, identitaire, culturel. Celle-ci est moins facilement appréhendable que celle-là, elle n’en reste pas moins prégnante”, écrivait en 2004, soit 14 ans après la chute du mur, Boris Grésillon, professeur de géographie et chercheur associé au Centre Marc-Bloch (Berlin).

Il semblerait qu’aujourd’hui, en 2019, même si avec le temps la tendance est à l’homogénéisation, cette frontière intangible n’a pas disparu, nous explique le chercheur. Thomas Wieder, correspondant pour Le Monde à Berlin, qui a également répondu aux questions du HuffPost, abonde en ce sens. 

Selon ces deux spécialistes de Berlin, plusieurs points de différenciations sont visibles entre l’est et l’ouest de la ville, séparés par le “Mur de la honte” pendant 28 ans. 

L’échiquier politique 

Il suffit de se procurer une carte des votes à Berlin aux élections régionales de 2016 pour constater que les tendances politiques sont très différentes entre l’est et l’ouest de la capitale allemande (à noter que Berlin est considérée comme un land à part entière).

LeBerliner Morgenpost a réalisé une carte interactive à la suite des élections de 2016 et l’on peut voir une nette propension à l’est à voter les mouvements contestataires: l’AfD, le parti d’extrême droite (en bleu), et le parti de la gauche de la gauche Die Linke (en violet). 

À l’ouest, on peut au contraire voir que les votes font la part belle au CDU, Union chrétienne-démocrate d’Allemagne (en noir), qui...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post