3 similitudes et 3 différences entre les dérapages de Sarkozy et de Macron

Jean-Philippe Moinet
3 similitudes et 3 différences entre les dérapages Sarkozy et Macron.

A partir du "dérapage" semi-contrôlé d'Emmanuel Macron, visant des manifestants qui "font le bordel" au lieu de chercher du travail, la machine à le comparer à Nicolas Sarkozy et son célèbre "casses-toi pauv' con!", est repartie non sans raison. Mais, en l'occurrence et à y regarder de plus près, la comparaison des deux verbatims et situations n'est pas totalement raison. Il y a certes de réelles similitudes de forme (au moins trois), mais aussi de nettes et importantes différences (au moins trois aussi, de forme et de fond).

Les trois similitudes d'abord. La première est l'apparent dérapage, d'un propos presque privé et non maîtrisé. Dans les deux cas, sur le terrain rural corrézien pour l'actuel Président, au Salon de l'agriculture pour l'ancien, la saillie verbale est apparue colérique, en tout cas "lâchée" sans retenue. Deuxième similitude de situation, les mots ont pu communément choquer, le langage grossier étant difficilement compatible, en France, avec la fonction suprême de l'Etat. Le trumpisme a eu beau, récemment, exporter le principe de l'outrance verbale présidentielle, les deux Présidents Français ont bien été critiqué par l'usage de ces "gros" mots qu'on a du mal à accepter quand ils sont prononcés par un chef de l'Etat en exercice.

Une même radicalité protestataire face à eux

Troisième point de similitude : dans les deux cas, c'est une radicalité protestataire et populaire, qui a enclenché le courroux présidentiel et le dérapage langagier. Un Président soumis à pression de manifestants, c'est le choc commun provoqué par ces deux épisodes, qui réunit les deux hôtes de l'Elysée dans le risque de l'isolement dans un Palais présidentiel coupé des réalités.

Mais au-delà de ces similitudes, trois différences majeures viennent distinguer la parole macronienne de celle de Sarkozy. La première, importante, est que Nicolas Sarkozy, lui, n'avait pas hésité à employer l'injure, et l'injure personnelle, nominative: le "casses-toi pauv' con" visait bien une...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages