3 minutes dans la tête d'une autiste Asperger

Tanya Izquierdo Prindle
3 minutes dans la tête d'une autiste Asperger

14h32, je suis au travail, dans mon petit coin de paradis. C'est-à-dire dans mon bureau, retiré de toute circulation humaine, bien au chaud, avec une seule minuscule fenêtre au mur, couverte d'un rideau 100% opaque pour être bien certaine de filtrer toute luminosité naturelle ayant la prédisposition horripilante d'atteindre mes globes oculaires. Je dois appeler la compagnie de télécommunication avec laquelle on fait affaire, pour payer l'état de compte de l'entreprise. Je me prépare mentalement.

Hop! Je prends le téléphone! Je compose le numéro. J'analyse méticuleusement les 32 options qui s'offrent à moi, d'étape en étape. Je m'assure de choisir les bonnes options afin de réduire le risque d'être potentiellement transférée de nouveau après 18 minutes d'attente, à une autre ligne où il y aura aussi 18 minutes d'attente. Ça y est, je me fais transférer à la ligne de paiement de compte. Mission accomplie.

Après une attente interminable de 197 secondes, un jeune homme répond. Nous effectuons la transaction. Le temps est venu de procéder à l'étape finale de la procédure transactionnelle. Je demande au gentil jeune homme son nom dans le but prévoyant de noter au dossier les informations pertinentes en cas de:

  • faille dans leur système de paiement
  • faille dans leur système informatique à grande échelle
  • faille dans le lobe frontal du cerveau de l'employé lors de la prise du paiement
  • toute autre situation pouvant me porter préjudice ultérieurement.

Il me répond: "Mon nom est Phélippe."

Alors je l'épelle à voix haute pour être certaine de bien saisir la donnée:

-D'accord, alors P-H-É-L...

Il me coupe la parole et dit: -Non madame, c'est Ph"é"lippe, c'est un "i" après le "h".

Sous le choc, je prends un moment pour régulariser mes pensées, ensuite je réponds: -Mais monsieur, vous venez encore de dire Ph" ÉÉÉ"lippe...vous n'avez pas dit Ph"iiii" lippe.

Moment de silence

Moi: -Allo?

Lui d'un ton aussi sec que les biscuits de ma grand-mère qui datent d'avant sa...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages