Plus de 3 500 hectares brûlés en Gironde : faut-il revoir nos dispositifs ?