Le 2e régiment de hussards d'Haguenau pleure ses soldats morts au Sahel

·2 min de lecture

Le 2e régiment de hussards d'Haguenau, en Alsace, est sous le choc après la mort du brigadier Loïc Risser, 24 ans, et du sergent Yvonne Huynh, 33 ans.

"C’est évidemment un coup que l'on prend dans le ventre": au lendemain de la mort de deux des siens, mortellement blessés au Mali par une mine artisanale, dont une jeune femme sous-officier, le 2e régiment de hussards d'Haguenau, en Alsace, est sous le choc et se souvient de leurs visages familiers.

Lundi, de retour de leurs permissions de Noël, les soldats du "2e RH" feront "corps sur la place d'armes autour du drapeau" du régiment qui s'élèvera avant d'être mis en berne, a confié à l'AFP le patron de ces 900 hommes et femmes, le colonel Maurice Robert de Saint Victor.

Deux d'entre eux manqueront pour toujours à l'appel: le brigadier Loïc Risser, 24 ans, et le sergent Yvonne Huynh, 33 ans, mère d'un jeune garçon et première femme de l'armée française tuée au Sahel depuis le déclenchement de l'opération Serval en 2013.

50 soldats français tués au Sahel

Leurs décès ont porté à 50 le nombre de soldats français tués au Sahel dans les opérations antijihadistes Serval puis Barkhane, selon l'état-major des armées.

Au "Quartier Estienne", la sonnerie aux morts glaçante retentira puis le colonel Robert de Saint Victor présentera ses condoléances avant d'expliquer aux soldats comment "reprendre la mission" pour laquelle leurs deux camarades ont donné leur vie.

Dans ce "régiment spécialisé qui travaille dans la profondeur de l'ennemi" pour recueillir du renseignement, le sergent Yvonne Huynh et le brigadier Loïc Risser occupaient chacun un place bien particulière, explique-t-il.

La première, née à Trappes (Yvelines) et qui effectuait sa deuxième mission au Mali, a d'abord assuré "la sécurité de ceux qui recueillent de l'information" avant de remplir elle-même cette fonction en devenant sous-officier.

Le second, né à Saint-Louis(...)


Lire la suite sur Paris Match