280 millions d'années : est-ce le plus ancien cas de collaboration insecte-plante ?

De nouveaux insectes à trompe de 280 millions d’années ont été découverts en Russie. La morphologie de leur trompe indique non seulement qu’ils ne se nourrissaient que de fluides végétaux, agissant comme des pollinisateurs, mais aussi qu’il pourrait s’agir des plus anciens cas de mutualisme avec une plante, bien avant l’apparition des fleurs.

Le site de Chekarda, en Russie, est un gisement fossilifère daté du Permien inférieur, il y a environ 280 millions d'années (Ma). Cette localité est un site important par rapport aux autres gisements datés de la même époque car il a fourni sous forme fossile, une faune terrestre importante : 260 espèces d’insectes et de nombreux groupes de plantes. De ce site, des chercheurs russes et polonais décrivent dans dix insectes du groupe des protoméropides, qui sont parmi les plus anciens holométaboles connus, ainsi que l'on désigne ces insectes dont les larves sont très différentes des adultes. Ils possèdent toutefois un trait morphologique particulier qui les distingue des autres insectes connus du site...

Une drôle de trompe

Ces insectes sont en effet pourvus d'une trompe. Ce trait, retrouvé chez de nombreux animaux, est apparu relativement tôt puisque des insectes de la période du Carbonifère (325 Ma) en possédaient déjà, dont certains étaient contemporains de ceux de cette étude, tels les hémiptères (un ordre d'insecte au sein duquel on trouve les cigales). Cependant, tous ces insectes possèdent une trompe leur permettant de percer les tissus des plantes, de leurs graines, voire même la cuticule d’autres arthropodes. Cette faune de la fin du Paléozoïque diffèrent ainsi radicalement des protoméropides de Chekarda : leurs pièces buccales à eux sont dépourvues d’éléments qui permettent de percer des tissus. Ils ne pouvaient donc qu’absorber des fluides à la surface d’un support. Cette découverte fait ainsi d'eux les plus anciens insectes à posséder ce type de dispositif buccal. Les plus âgés connus jusqu’à aujourd’hui étaient par exemple des neuroptères (tels les fourmillons) datés du milieu du Jurassique (170 Ma), soit un écart de plus de 100 Ma.

Photo de fossiles d\'insectes protoméropides du Permien (280 millions d\'années) de Russie. Crédit : Khramov et al./Current Biology
Photo de fossiles d\'insectes protoméropides du Permien (280 millions d\'années) de Russie. Crédit : Khramov et al./Current Biology

Photos de deux fossiles d'insectes à trompes qui ne pouvaient se nourrir que de fluides. Ils vivaient il y a 280 Ma dans l'actuelle Russie. Crédit Khramov et al. / Current Biology.

Parmi les premiers pollinisateurs ?

Avec ce[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi