273 newsletters, 388 articles, 13 ans... C'est le moment de faire une grosse pause

·2 min de lecture
Ça en fait, du courrier. | Joanna Kosinska via Unsplash
Ça en fait, du courrier. | Joanna Kosinska via Unsplash

C'est la 273e newsletter, pour un total de 388 articles.

Cela fait treize ans que j'écris pour Slate. Que j'essaie d'aborder l'actualité avec une analyse féministe.

Ceci étant, j'aurais pu m'arrêter le 26 mars 2013, jour où un ami m'a dit que je venais d'atteindre le climax de ma carrière avec cet article: «Victor Newman, le pénis qui valait trois milliards».

Ensemble, on a parlé de Yule.

On a discuté d'écologie et de mon lombricomposteur dans un texte d'une actualité déprimante.

Quand j'interviens dans des lycées pour expliquer mon travail de journaliste, je pars souvent de ce texte sur les violences sexuelles.

J'ai également voulu mettre en lumière les femmes que leurs compagnons ou ex tuaient.

On a parlé des noms de famille des femmes mariées, justement.

Des études à la con.

On a fait des bingos de Noël.

Je me suis dévouée pour aller passer les tests de l'Église de scientologie.

Et j'ai mené une enquête de fond sur les poèmes affichés dans le métro parisien.

Je vous ai parlé de ma passion pour la généalogie.

Et puis de cette géniale histoire de la traduction maudite de David Foster Wallace. Et en parlant littérature, souvenez-vous du livre qui a changé le monde. Et de Houellebecq.

J'ai rerevu l'intégrale de Buffy contre les vampires.

J'avais moi-même oublié que j'avais écrit ça:

Avec le temps, j'ai donné plus de place aux sujets autour de la parentalité, par exemple apprendre à dire oui aux enfants (et n'oubliez pas: ils ne rangeront peut-être jamais leurs chaussettes).

Et puis, comme souvent dans la vie, il y a eu de la fatigue et un déjeuner-bilan-nouvelle année avec un ami. C'est notre tradition. Au fil des années, on a énoncé un paquet de résolutions (pas peu fière d'avoir vraiment réussi à arrêter de fumer). Au détour de la discussion, je lui ai dit mon immense fatigue et ma lassitude. Et mon envie...

Lire la suite sur Slate.fr.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles