Publicité

27 janvier 1945: l’Armée rouge découvre Auschwitz

En octobre 2002, à l’invitation de Simone Veil, présidente d’honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et ancienne présidente du Parlement européen, les ministres des États membres du Conseil de l’Europe décident d’instaurer une journée internationale à la mémoire des victimes de l’Holocauste. La France et l’Allemagne choisissent le 27 janvier, donnant à la découverte du centre de mise à mort d’Auschwitz le 27 janvier 1945 une portée symbolique sans équivalent.

En Allemagne, depuis 1996, cette date était commémorée comme Der Tag des Gedenkens an die Opfer des Nationalsozialismus (la journée de la mémoire des victimes du national-socialisme). L’Italie l’avait aussi choisie en 2000, après avoir examiné d’autres options : celle du 16 octobre 1943, la grande rafle de Rome, qui rappelait l’implication des fascistes dans la déportation des juifs, et celle du 5 mai, découverte du camp de Mauthausen, qui insistait davantage sur les déportés politiques.

En novembre 2005, l’Assemblée générale des Nations unies s’est engagée à son tour à commémorer cette journée, donnant à l’événement une portée mondiale. Certains pays ont placé une journée nationale à une autre date, comme la Roumanie, qui rappelle le 9 octobre le début de la déportation des juifs vers la Transnistrie, en 1942. Aujourd’hui pourtant, celle qui est désormais appelée en France la Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité fait largement consensus.

Pourquoi Auschwitz ?


Lire la suite sur RFI