27 décharges de taser : trois policiers mis en examen pour des violences sur un jeune homme

·2 min de lecture

Les trois policiers du groupe de sécurité de proximité d'Argenteuil (GSP) ont été mis en examen pour "violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique" et placés sous contrôle judiciaire.

Trois policiers ont été mis en examen pour des violences sur un jeune homme de 19 ans qui a reçu près d'une trentaine de décharges de taser lors d'un contrôle en janvier à Cormeilles-en-Parisis (Val-d'Oise), a-t-on appris mardi de sources proches de l'enquête. Les trois policiers du groupe de sécurité de proximité d'Argenteuil (GSP) ont été mis en examen pour "violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique" et placés sous contrôle judiciaire. Le chef de la brigade qui a utilisé le pistolet a été interdit d’exercer dans le cadre de son contrôle judiciaire.

Les faits se sont déroulés le 29 janvier dans un hall d'immeuble, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Paris. Cinq policiers du GSP d'Argenteuil effectuent une patrouille lorsqu'ils croisent un groupe de jeunes. Ils décident de les contrôler. Ces derniers s'enfuient mais l'un d'entre eux est rattrapé par un fonctionnaire de police. Son téléphone est fouillé et l'un des membres du GSP tombe sur une photo d'un policier de la BAC d'Argenteuil "en bas résille et maquillé". L'agent "s'énerve" et "me dit 't'aimes bien la police?' et me met un coup de patate et 27 coups de taser", témoigne le jeune homme auprès de l'AFP.

"

Il y a des violences commises par des policiers qui sont des individus dangereux. Ce sont des délinquants qui ont infiltré la police.

"

Sur sa plaie au visage, un policier "verse du gel hydroalcoolique et du Doliprane en poudre" et l'"abandonne" dans le hall de l'immeuble, raconte la victime encore traumatisée par le déchaînement de violence. Il est aidé de ses amis pour rentrer chez lui. Le jeune homme se rendra avec sa mère au commissariat d'Argenteuil pour déposer plainte. "On a attendu des heures pour prendre ma plainte.(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles