25 millions d'euros d'argent public et une trop forte concurrence faite au train : la FNAUT dresse un bilan mitigé des "cars Macron"

franceinfo
La Fédération nationale des associations d'usagers des transports conseille à la SNCF de suivre l'exemple de la RENFE espagnole qui a baissé ses prix, compensant la perte de recettes par une hausse du nombre de voyageurs.

La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT) tire un bilan mitigé des "cars Macron", quatre ans après leur mise en place, a appris franceinfo vendredi 8 février. Selon la principale association d'usagers des transports, qui a commandé une étude pilotée par le cabinet Adétec, ces cars appartenant aux compagnies Ouibus, Flixbus ou Isilines et baptisés "cars Macron" parce que c’est Emmanuel Macron qui a libéralisé le transport de voyageurs par autocar en 2015, occasionnent environ 25 millions d'euros de dépenses publiques directes ou indirectes chaque année. De plus, ils ont tendance à davantage concurrencer le train que la voiture individuelle.

Chers en argent public et néfastes pour l'environnement

La facture pour la collectivité s'explique par le fait que les "cars Macron" ne déboursent pas un centime pour l'entretien des infrastructures - les routes et les gares - qu'ils utilisent. L'étude préconise donc que les "cars Macron" paient leurs "coûts d’infrastructure - usure des routes et usage des gares routières - à travers une écotaxe indexée sur le kilométrage parcouru". Selon l'étude, "la disparition de l’aide publique aux cars Macron impliquerait, à déficit constant, une hausse des tarifs de plus de 20% et rendrait le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi