23 sites de recherche d’emploi demandent l’arrêt provisoire de Google for Jobs

cazaux, sophie
Google est accusé d’abuser de sa position dominante. / Lionel BONAVENTURE / AFP

Lancée en 2017, la plateforme du moteur de recherche agrège des millers d’offres d’emploi. Elle est aujourd’hui sous le feu des critiques de plusieurs sites Web européens, et visée par une enquête de l’Union européenne.

Dans une lettre adressée ce mardi à Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence, 23 plateformes de recherche d’emploi ont demandé l’arrêt provisoire des activités de Google dans le domaine. Le moteur de recherche américain a lancé le 7 juin dernier en France son service «Google for Jobs permettant d’accéder à des offres d’emploi. Concrètement, pour trouver des annonces, il faut taper le nom d’un poste dans la barre de recherche, suivi du mot «emploi». Apparaissent alors plusieurs propositions, dont les liens renvoient vers les sites Internet ayant publié l’annonce. Le service propose également un outil de tri parmi les emplois proposés, selon le lieu de travail, le type de contrat...

Un service peu apprécié de nombreux sites de recherche d’emploi

Google for Jobs existait déjà au Royaume-Uni, en Espagne et en Allemagne, où les critiques de la part d’entreprises spécialisées dans les annonces d’emplois en lignes ont rapidement émergé. Dès 2018, Margrethe Vestager a commencé à enquêter sur un éventuel abus de position dominante de Google. Aujourd’hui, des sites Internet comme Best Jobs Online, ou Jobindex souhaitent que la Commission prenne des mesures concrètes contre Google for Jobs. Dans leur lettre, les 23 entreprises dénoncent des pratiques anticoncurrentielles. Selon elles, lors des recherches d’emploi sur mobile, le service de Google prend tout l’écran, ne leur donnant pas de visibilité. Tout cela aurait pour but de se substituer à leurs propres plateformes. «Dans notre dos, les équipes de vente de Google approchent déjà nos clients», souligne le courrier des sites d’offres d’emploi. De plus, selon ces derniers, le moteur de recherche profite de sa position dominante pour attirer les prospecteurs sans avoir à faire de dépenses (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Google alloue 3 millions d’euros à l’inclusion numérique en France 
Comment Google vous géolocalise malgré vous 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro