En 2100, la Terre comptera 11 milliards d'habitants, dont un tiers d'Africains

La fécondité mondiale a baissé, rapporte l'Institut national d'études démographiques (Ined), si bien que la population se stabilisera autour de 11 milliards d'individus dans un siècle. L'Afrique sera alors le continent le plus fécond.

Dans un siècle, la population mondiale devrait se stabiliser autour de 11 milliards d'êtres humains, d'après une nouvelle étude de l'Institut national d'études démographiques (Ined). Un nombre qui traduit le ralentissement de la croissance de notre population, de manière hétérogène selon les régions du globe.

11 milliards d'habitants en 2100

En 2019, nous sommes 7,7 milliards d'êtres humains sur Terre, mais en 2050 nous approcherons des 10 milliards. Dans un siècle, donc, on s'attendrait à atteindre un nombre astronomique d'habitants. Pourtant, l'Ined n'en prévoit qu'un milliard de plus. Selon l'Institut, la croissance démographique décélère : après avoir atteint +2% par an il y a 50 ans, elle est de seulement 1,1% en 2019 "et devrait continuer de baisser jusqu’à la quasi-stabilisation de la population mondiale dans un siècle autour de 11 milliards d’habitants".

Une fécondité mondiale divisée par deux depuis 1950

Cette moindre croissance de la démographie est directement liée à une diminution de la fécondité, révèle l'Ined. En 2019, les femmes ont en moyenne 2,4 enfants chacune dans le monde, soit deux fois moins que les 5 enfants par femme de 1950. Pour atteindre cette moyenne, certains pays à la fécondité particulièrement basse, comme la Corée du Sud (1,1 enfant par femme) ont compensé ceux qui ont la plus élevée, comme le Niger (6,8 enfants par femme). En Europe, la fécondité varie entre 1,4 et 1,9 enfant par femme, la France étant à 1,8.

L'Afrique, foyer d'une personne sur trois en 2100

Ce sont les pays d'Afrique qui tirent le plus la fécondité vers le haut. Si en 2019 une personne sur six vit en Afrique, dans un siècle le tiers des 11 milliards d'habitants sera probablement africain. Une projection qui illustre le formidable accroissement de la population sur le continent africain, qui va plus que tripler d'ici là, passant de 1,3 à 4,3 milliards d'individus en 2100. Et ce malgré le Sida, qui y fait toujours des ravages.

Pour autant, c'est...

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi