Frédéric Dabi (Ifop) : «20h02 : la bataille des législatives commence»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
REUTERS/Christian Hartmann
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le directeur général de l'Ifop Frédéric Dabi se projette pour Paris Match sur la suite du feuilleton politique et notamment les prochaines législatives.

Paris Match. Quels enseignements tirer de la forte abstention?
Frédéric Dabi. C'est un élément déterminant pour comprendre ce qui s'est joué lors de ce second tour de l'élection présidentielle. Il s'agit d'une abstention historique, jamais vue depuis 1981. Ce qui est intéressant d'observer c'est que la principale motivation des abstentionnistes est liée à l'offre électorale. Ce n'est pas la simple «vanité du vote», comme on avait pu l'observer dans des élections précédentes mais l'expression d'un vrai mécontentement vis-à-vis d'Emmanuel Macron. On remarque d'ailleurs que l'électorat de Jean-Luc Mélenchon a suivi la consigne de ce dernier, avec 42% des électeurs qui ont voté pour le président-candidat, 45% qui se sont abstenus mais seulement 13% qui ont porté leurs voix sur Marine Le Pen. Dans les faits, Emmanuel Macron a réussi à capter une partie de l'électorat de gauche - 42% des électeurs de Mélenchon donc, mais aussi 64% des électeurs de Yannick Jadot au premier tour.

Exclusif-Présidentielle : «Une élection pour rien ?», l'Ifop analyse «le malaise démocratique»

Les résultats avec l'Afp

Emmanuel Macron a déclaré «Je ne suis plus le candidat d’un camp mais le président de toutes et tous». Mais ne fait-il pas face à une France fracturée?
Même si la victoire est plus nette qu'attendue au soir du premier tour, le Rassemblement national fait le meilleur score au second tour de son histoire. Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont dans le fond les représentants de deux France. Nous l'observons bien dans notre sondage Jour de Vote. Vous avez d'un côté une France diplômée au-delà du baccalauréat qui vote à plus de 70 % pour le président sortant et une France qui n'a pas le bac qui vote à 56% pour Marine Le Pen. Le salariat(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles