Publicité

203 millions de dollars d'amende : la querelle de voisinage la plus chère de l'Histoire

A gauche, le milliardaire de la finance Louis Bacon. A droite, le styliste Peter Nygard (Crédits : Charles Eshelman/FilmMagic / Mintaha Neslihan Eroglu, Anadolu Agency, via Getty Images).

Un long conflit de voisinage s'est soldé par des dommages et intérêts d'un montant record infligés par la justice américaine à un octogénaire. L'homme avait notamment payé de faux manifestants afin de faire passer son voisin pour un membre du Ku Klux Klan.

Julien Courbet n’aurait probablement rien pu y faire. Une querelle de voisinage a pris des proportions démesurées aux Bahamas, une histoire relayée par de nombreux médias anglo-saxons cette semaine.

Tout commence par des fêtes organisées par le magnat de la mode Peter Nygard, 81 ans. Rien de très original sur cet archipel où de nombreuses célébrités ont une résidence secondaire. Mais pour rejoindre la villa sise sur un terrain de 24 hectares, les convives du Finno-Canadien sont obligés d’emprunter une route appartenant à son voisin, Louis Bacon.

Conflit autour d'une route menant aux propriétés

Ce milliardaire américain, dont la fortune est estimé à 1,5 milliards d'euros par le magazine Forbes, possède lui aussi une villa sur l’île de New Providence, et les va-et-vient des véhicules les soirs de fêtes chez son voisin ne sont pas vraiment à son goût.

La situation se tend davantage lorsque Peter Nygard se plaint des travaux effectués par Louis Bacon : la réfection de cette fameuse route partagée aurait créé des flaques nauséabondes dans sa propriété, se plaint le styliste. Puis c’est l’escalade entre les deux hommes, jusqu’à ce jugement rendu le 5 mai dernier, comme le rapporte le média américain Bloomberg.

Une amende record

L’octogénaire est condamné à verser 203 millions de dollars (près de 210 millions d’euros) à son voisin, pour l’avoir délibérément diffamé. C’est un montant record pour des dommages et intérêts infligés par un tribunal de l'État de New York. Et une belle compensation pour Louis Bacon, qui a dépensé plus de 53 millions de dollars (un peu plus de 48 millions d’euros) en frais de justice et en travaux d'enquête.

Car le gestionnaires de fonds a porté plainte il y a plusieurs années déjà pour diffamation. Le juge désigné dans cette affaire a estimé que les preuves contre Peter Nygard étaient "stupéfiantes". D’après les conclusions de la justice, l’accusé a dépensé environ 15 millions de dollars (près de 14 millions d’euros) pour calomnier le fondateur de Moore Capital Management, et attaquer sa réputation personnelle et professionnelle.

De faux manifestants payés pour calomnier son voisin

Le magnat de la mode a diffusé des "mensonges malveillants" selon la Cour. Il a par exemple dépeint Louis Bacon comme étant un suprémaciste blanc, et a même payé des centaines de manifestants pour qu'ils portent des T-shirts et des pancartes affirmant que Louis Bacon est un membre du Ku Klux Klan, une société secrète suprémaciste blanche. Le Finno-Canadien a également accusé le financier d’être lié à des incendies criminels, après un feu destructeur en 2009 dans la propriété de Peter Nygard, et même à des assassinats, après la mort en 2010 du gestionnaire de la maison de Louis Bacon.

Lorsque le verdict a été prononcé, Peter Nygard était déjà en prison, à Toronto au Canada, car il fait également face à des accusations d'agression sexuelle et de séquestration. Il peut encore faire appel de cette décision dans le dossier l’opposant à Louis Bacon, mais à ce jour il n’en a rien fait. Quant au gestionnaire de fonds, à 66 ans, il va pouvoir profiter un peu de sa retraite.

VIDÉO - La fortune de Charles III dépassera celle d'Elizabeth II grâce à ses investissements