En 2027, Philippe Poutou aimerait bien « une candidature large » à gauche

French far-left Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) party Bordeaux Municipal and Metropolitan area Council member and presidential candidate Philippe Poutou smiles as he sits onstage before a campaign meeting in Bordeaux, southwestern France, on April 6, 2022. - French voters head to the polls on April 10 and 24 for a two-round pesidential election. (Photo by Philippe LOPEZ / AFP)
PHILIPPE LOPEZ / AFP French far-left Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) party Bordeaux Municipal and Metropolitan area Council member and presidential candidate Philippe Poutou smiles as he sits onstage before a campaign meeting in Bordeaux, southwestern France, on April 6, 2022. - French voters head to the polls on April 10 and 24 for a two-round pesidential election. (Photo by Philippe LOPEZ / AFP)

POLITIQUE - Les campagnes présidentielles, c’est fini pour Philippe Poutou. L’ex-candidat du NPA, désormais en froid avec le parti anti-capitaliste, n’entend pas se représenter en pour la prochaine élection de 2027 mais il n’en a pas moins des espoirs pour la gauche.

« Ce ne serait pas raisonnable que j’y retourne. Il faut qu’après moi, ce soit une camarade qui prenne le relais, on n’a pas le choix », déclare-t-il dans Libération ce samedi 7 janvier. Mais c’est un autre scénario qui a sa préférence : « On aimerait bien que, d’ici quatre ans, il n’y ait pas une candidature LFI, une candidature LO, une candidature NPA… Je préférerais qu’il y ait une candidature large », ajoute-t-il.

Philippe Poutou a récemment quitté le NPA, en même temps qu’Olivier Besancenot, en désaccord sur le rapprochement à opérer avec les autres forces de gauche. « Il nous faut un parti plus large, plus ouvert, qui se mêle de ce qui se passe dans la gauche antilibérale, du côté de La France insoumise notamment », estime Philippe Poutou dans Libération.

« On veut reconstruire une gauche radicale »

L’ancien ouvrier, désormais reconverti dans le cinéma, n’a jamais refusé le dialogue avec le mouvement de Jean-Luc Mélenchon. Lors des élections législatives 2022, le NPA avait ainsi entamé des discussions pour rejoindre la NUPES, avant que l’accord de LFI avec le PS ne le pousse à claquer la porte.

Mais depuis, les relations avec les autres forces à gauche se sont adoucies. Lors de la manifestation organisée par la NUPES, Philippe Poutou avait pris la parole juste après Olivier Faure sur le camion de tête, comme un premier signe de réconciliation.

Et les échanges avec la France Insoumise se poursuivent, notamment pour préparer l’opposition à la réforme des retraites. « En ce moment on participe à des réunions pour préparer la manifestation du 21 janvier. On s’est également retrouvés après l’assassinat des Kurdes à Paris, on a signé un appel commun. Nos organisations se retrouvent sur plein de sujets », assume-t-il.

« On n’a pas de garantie sur la suite, mais on veut reconstruire une gauche radicale », avance Philippe Poutou qui mise sur le « mouvement social » pour « redonner un souffle » à son camp.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi