2022 : Xavier Bertrand veut en finir avec "l'impunité des délinquants"

·2 min de lecture

«La loi doit avoir le dernier mot et les délinquants doivent savoir qu'il n'y aura plus d'impunité», a déclaré Xavier Bertrand dans un entretien au «JDD», dans lequel il n'épargne pas Emmanuel Macron. 

Xavier Bertrand, candidat (ex-LR) pour l'Elysée en 2022, veut en finir avec «l'impunité» des délinquants, notamment celle des mineurs, par la multiplication des centres éducatifs fermés, le placement sous bracelet électronique, la révision complète du code pénal des mineurs ou l'instauration de la majorité pénale à 15 ans. «La loi doit avoir le dernier mot et les délinquants doivent savoir qu'il n'y aura plus d'impunité», affirme-t-il dans un entretien au «Journal du dimanche», très critique envers Emmanuel Macron pour qui «la sécurité n'a jamais été la priorité».

Outre la création de 20.000 nouvelles places de prison, le président des Hauts-de-France veut «multiplier par trois le nombre de centres éducatifs fermés» et «les mineurs les plus dangereux doivent être encadrés de façon militaire». Il plaide aussi pour «multiplier les peines complémentaires d'éloignement» et «le placement sous bracelet électronique, y compris de mineurs, doit être généralisé».

Il veut la majorité pénale à 15 ans

Pour «casser le phénomène des bandes», il envisage de «réviser complètement le code pénal des mineurs en instaurant la majorité pénale à 15 ans» et en scindant «les fonctions entre les juges chargés de la protection des mineurs et ceux chargés de la justice pénale des mineurs délinquants». Interrogé sur la baisse des effectifs de policiers sous Nicolas Sarkozy, il dit qu'il ne laissera «pas salir» le «bilan sécuritaire» de l'ancien président. «La sécurité ne se réduit pas à la seule question du nombre de policiers, c'est bien la réponse pénale la solution», insiste-t-il. Par ailleurs, il veut revenir sur la suppression du corps préfectoral annoncé par Emmanuel Macron de manière «injuste» et «irresponsable».

Interrogé sur la tête(...)


Lire la suite sur Paris Match