2022: Roussel défend "une retraite à 60 ans, avec une bonne pension"

·2 min de lecture
Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle, le 25 mai 2021 à Paris

Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle, a défendu le droit de "partir à la retraite à 60 ans, avec une bonne pension", réforme qui serait financée par "une cotisation sur les revenus financiers" ou par "la création d'un million d'emplois".

En présentant lors d'une conférence de presse au siège du PCF à Paris son affiche et son slogan de campagne - "le défi des jours heureux" - M. Roussel a regretté qu'Emmanuel Macron, "le pays à peine sorti de la pandémie, propose des jours difficiles", avec sa réforme des retraites.

Le chef de l'Etat a évoqué le 4 juin la possibilité de relancer le chantier explosif d'une telle réforme, tout en laissant ouvertes les questions du contenu et du calendrier. Selon son ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, ce chantier reste "une priorité"; le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a dit mercredi que le gouvernement allait "continuer à avancer, sans éluder mais sans précipiter".

"A l'opposé d'une réforme dure, je propose des mesures populaires: le droit de partir à 60 ans, avec une bonne pension, après 37,5 années de cotisations, avec un taux de remplacement de 75%, basé sur le salaire des six derniers mois dans le public et des dix dernières années dans le privé".

"A l'inverse" de celle du président Macron, "notre réforme est progressiste et permet de libérer des emplois pour les jeunes", a-t-il ajouté, en rappelant que le taux de chômage des moins de 25 ans s'élève à 20%. (18% pour les femmes, 20,8% chez les hommes, selon l'Insee).

Pour les personnes exerçant des métiers difficiles, il y aurait possibilité de partir avant 60 ans. "L'espérance de vie en bonne santé est 69 ans pour les cadres et de 59 ans pour les ouvriers, soit dix ans de moins", a-t-il insisté. En revanche, 60 ans ne serait pas un âge couperet, pour celui ou celle voulant partir plus tard.

Le candidat communiste a présenté trois pistes de financement de sa réforme: "une cotisation de 10,4% (égale à celle payée par les employeurs) sur les revenus financiers", pouvant rapporter "entre 30 et 40 milliards d'euros", "la création d'un million d'emplois (sept milliards d'euros)", "l'égalité salariale homme/femme (5,5 milliards d'euros)".

npk/ib/nm

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles