2022: les proches d'Anne Hidalgo lancent "une plateforme d'idées"

·2 min de lecture
La maire de Paris Anne Hidalgo, le 14 décembre 2020 à Paris

Les proches d'Anne Hidalgo s'apprêtent à lancer une "plateforme d'idées" en vue d'une possible candidature de la maire PS de Paris à la présidentielle de 2022, a-t-on appris dimanche auprès de son entourage, confirmant une information du Parisien.

"Il s'agit d'une plateforme d'idées, pilotée par Emmanuel Gregoire", premier adjoint de Mme Hidalgo, "et l'entourage proche de la maire. La plateforme est là pour avancer sur des idées", a indiqué l'entourage de l'édile socialiste à l'AFP.

Alors qu'elle a longtemps répété, en public comme en privé, qu'elle n'avait pas l'intention de briguer l'Elysée, Anne Hidalgo s'est montrée moins catégorique ces dernières semaines jusqu'à poser les jalons d'une candidature potentielle pour 2022.

Dans un entretien au JDD dimanche, elle a affirmé qu'elle prendra "toute (s)a part" à la présidentielle, sans plus de précisions.

"Les Français ne veulent pas qu'on les enferme dans un second tour Macron-Le Pen", a seulement ajouté Mme Hidalgo, largement réélue maire de Paris en juin.

"Un chemin est désormais engagé et, depuis septembre, le contexte politique a bougé", a déclaré au Parisien Emmanuel Grégoire. "Une demande d'union et de rassemblement de la gauche a pris forme. Et Anne est l'une des personnalités qui peut incarner à la fois la continuité et le dépassement", a-t-il complété.

Ces dernières semaines, Anne Hidalgo a soigné ses pairs au PS et "a vu tous les gens qui comptent à gauche", selon un proche de la maire de Paris. Elle a ainsi déjeuné à l'Hôtel de Ville avec François Hollande, revu Laurent Fabius et s'est rabibochée avec le premier secrétaire du PS, Olivier Faure.

Celui-ci a de nouveau estimé dimanche sur Radio J que s'il "ne savai(t) pas si elle était candidate", il considérait qu'elle "serait une excellente présidente", tout en alertant sur la nécessité d'un candidat commun à la gauche et aux écologistes pour éviter un duel Macron-Le Pen au deuxième tour.

mep-jk/ggy/nm