En 2021, une production mondiale de vin contrastée entre Nord et Sud

La production de vin en 2021 contrastée, selon l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). De grosses chutes de production ont été enregistrées dans l'hémisphère Nord, et notamment en France. Des pertes partiellement compensées par d'excellents résultats enregistrés dans l'hémisphère Sud.

Dans le trio de tête qui reste inchangé, tous les pays ont connu une mauvaise année, estime l'OIV dans son rapport annuel. À commencer par l'Italie, premier producteur mondial de vin.

Dans les régions du Nord, un millésime 2021 désastreux

L'Italie reste en tête, avec un peu plus de 44 millions d'hectolitres de vin produits, mais prévoit une baisse de 9% de sa production. Suivent la France et l'Espagne, avec de grosses pertes de raisin dues à la météo calamiteuse, notamment le gel printanier qui a fait chuter la production française de 27%. Une baisse de production qui pourrait peser l'année prochaine sur les exportations françaises.

Aux États-Unis, les estimations tablent sur un peu plus de 24 millions d'hectolitres de vin produits. Ce chiffre est supérieur de 6% à celui de l'année dernière, marquée par les incendies de forêt et par la fumée qui a rendu une partie de la récolte impropre à la vinification. Toutefois, la sécheresse estivale était là. Ce qui a, une fois de plus, donné du fil à retordre aux producteurs dans certaines régions viticoles américaines. Quant à la récolte des raisins en Chine, les données ne sont pas encore disponibles. Cependant, la production des cuvées chinoises devrait poursuivre sa baisse amorcée en 2016.

►Reportage France : Vendanges en Alsace : 2021, une année noire

Une aubaine dans les vignobles du Sud

Dans l'hémisphère Sud, au contraire, les viticulteurs ont bénéficié de conditions climatiques très favorables, particulièrement en Amérique du Sud. Oubliées deux années de pertes causées par l'impact du courant chaud El Niño ; le Chili, l'Argentine ou encore le Brésil ont pu renouer avec de gros volumes et une très belle qualité du raisin. Après six années de sécheresse, les vignerons sud-africains ont produit 10,6 millions d'hectolitres de vin, soit 2% de plus. Situation comparable en Océanie, où l'Australie a enregistré sa plus forte récolte depuis 2006. Seule la Nouvelle-Zélande fait figure d'exception, dans cette région du monde, avec 19% de moins de vin produit en 2021.

Au final, l'Organisation internationale de la vigne et du vin estime à quelque 250 millions d'hectolitres la production mondiale de vin en 2021. C'est 4% de moins qu'en 2020. Une production de vin extrêmement faible, à peine supérieure à la production historiquement basse de 2017.

►Grand Reportage : Sur la route des vins en Bolivie

Le commerce international de vin rebondit

Le marché mondial de vin a repris des couleurs. Grâce à l'allègement des restrictions sanitaires et à la réouverture des restaurants et d'autres lieux de consommation, les échanges internationaux de vin ont bondi de manière spectaculaire. Des volumes exportés ont atteint des niveaux jamais vus dans l'histoire, et en termes de valeur, ils ont atteint 34,3 milliards d'euros, soit une hausse de 16% par rapport à 2020. L'Espagne reste le leader incontestable de ce marché, avec 23 millions d'hectolitres exportés, suivie de près par l'Italie et la France. Parmi d'autres gros exportateurs de vin, on retrouve l'Allemagne, le Chili, l'Argentine, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. L'Afrique du Sud a pu augmenter ses exportations de 33%.

Les États-Unis restent le premier marché de vin en termes de valeur (6,2 milliards d'euros), et second (après l'Allemagne) pour ce qui est de volumes importés. La Russie, quant à elle, se situe au 10e rang du classement des pays importateurs de vin.

►Afrique économie : La Tunisie, championne d'Afrique du bio

Perspectives 2022 incertaines

L'Organisation internationale de la vigne et du vin, parfois qualifiée d'« ONU du vin » (avec ses 48 pays membres), prévient que l'année 2022 sera marquée par de nouveaux défis, avec la poursuite de l'épidémie de Covid-19, mais aussi à cause de la guerre en Ukraine. Le conflit fait flamber les prix des matières premières sèches (bouteilles, capsules en métal, cartons, etc.) et perturbe les chaînes d'approvisionnement.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles