En 2020, peu d'accidents, mais avec peu de trafic aérien

Par Thierry Vigoureux
·1 min de lecture
Début janvier 2020, un Boeing d'Ukraine International Airlines a été abattu par erreur près de Téhéran. Il n'y a eu aucun survivant. 
Début janvier 2020, un Boeing d'Ukraine International Airlines a été abattu par erreur près de Téhéran. Il n'y a eu aucun survivant.

Avec un nombre de passagers transportés presque divisé par quatre, volant souvent sur des distances plus courtes, le nombre d'accidents en 2020 a chuté à l'avenant. Le trafic aérien mondial, tombé à 1,8 milliard de passagers en 2020, contre 4,5 milliards en 2019, est revenu au niveau de 2003. Cette année-là n'était déjà pas un grand cru, deux ans après les attentats du 11 Septembre. En 2003, l'activité avait également été affectée par l'épidémie de pneumonie atypique (SRAS), à l'origine de quelque 4 milliards de dollars de pertes, et le conflit en Irak. Pour le supersonique franco-britannique Concorde, c'étaient aussi les derniers vols commerciaux. Vingt et un accidents et plus de 600 victimes ont été déplorés en 2003.

Avec un nombre de passagers équivalent, l'année 2020 compte huit accidents aériens ayant fait 314 victimes sur des avions civils de transport de passagers, dont quatre vols cargo civils. Un meilleur ratio qu'en 2003. Ces chiffres, extraits de la base de données de Flight Safety, ne prennent en compte que les accidents d'avions civils de plus de vingt sièges utilisés en transport commercial. Ne sont donc pas recensés les sinistres d'avions de transport militaire ou d'aéronefs de collection ainsi que le secteur, assez accidentogène, de l'aviation générale. Globalement, les progrès de la sécurité du transport aérien sont constants grâce à un suivi permanent basé sur la formation des navigants, la maintenance des aéronefs et des installations et [...] Lire la suite