CES 2019 : Olivier Ezratty, Fanny Bouton et leurs conseils

latribune.fr

En guise d'introduction, Olivier Ezratty a d'emblée annoncé qu'il avait largement de la matière pour son bêtisier, piochée notamment dans la partie marketplace Animaux entre la roue pour chat et la sécheuse d'animaux faisant penser à un micro-ondes... ou encore le séquençage d'ADN pour chats toujours. Le spécialiste du CES, qui avait confié à La Tribune ses prévisions avant le début du salon, s'est surtout attaché à glisser quelques conseils sur l'organisation du stand. A commencer par toujours placer un « rabatteur » dans l'allée, « dont les yeux sourient et voient loin pour qualifier les profils des visiteurs : il faut les profiler très rapidement. A charge pour cette personne de rabattre les plus intéressants sur la partie démonstration du stand. Une 3e personne doit récupérer les cartes de visite, les regrouper dans un cahier par exemple, écrire quelques annotations et donner une note. » Il les a aussi averti du piège de l'effet wahoo que chaque startup cherche à générer sur le CES, prenant l'exemple d'une société française dont le stand est animé par un ours blanc dans lequel s'est glissé un salarié de l'exposant. L'animal attire indéniablement. Mais il génère de la méprise : nombre de visiteurs pensent avoir affaire à une startup œuvrant dans la robotique, alors qu'elle travaille sur le respect de la chaîne du froid...

Le véhicule autonome, star du CES

Olivier Ezratty et Fanny Bouton retiennent de ce CES la place stratégique prise par l'automobile et les véhicules autonomes, et plus largement par les produits proposés pour occuper le passager. Citant par exemple Audi qui met au point un jeu vidéo en réalité virtuelle s'adaptant en temps réel aux mouvements de la voiture. Futur successeur du réseau 4G, la 5G, annoncé comme beaucoup plus efficace, opère aussi une véritable montée en puissance du côté des composants. Mais des investissements très lourds seront nécessaires avant que les opérateurs puissent permettre de nouveaux usages

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr