En 2018, plus de 3500 étudiants en France portent un projet d’entreprise

Adrien BAGET

Les étudiants faute d’emploi sont-ils contraints de monter leur « boite »?

Parfois la périphérie de Lille prend des aires de Silicon Valley. L’incubateur d’entreprise de la faculté de Lille permet à de jeunes diplômés de fonder leur propre entreprise. Viktor Toldov est l’un d’entre eux. Étudiant franco-russe de 27 ans, Viktor diplômé en télécommunications s'est lancé dans l’aventure alors qu’il préparait son doctorat sur les objets connectés : « jamais je n'aurais imaginé il y a 10 ans de créer une entreprise en France mon cursus m'a offert des opportunités grâce ». Une vie de jeune patron qui demande des sacrifices : «  le manque de temps, de sommeil et pas beaucoup de loisirs pour soi (…) si j'avais choisi d’être salarié je pourrais rentrer à la maison plus tôt et avoir un meilleur salaire ».

L’aventure Lituus

Déposer des statuts, poser des appels d’offres, analyser la viabilité du projet… le travail ne manque pas pour Viktor et Roman son associé qui ont crée leur entreprise " Lituus". Il s’agit de développer sur le marché agricole des colliers électroniques pour les vaches, ce qui permettrait aux agriculteurs de surveiller à distance les comportements de leurs bêtes et leur santé. Dans leur projet, Ils sont aidés par les différents professeurs de l’incubateur de Lille, une aide indispensable selon eux quand on part de zéro : « Pour l'accès aux réseaux et connaître les bonnes personnes dans ce domaine et être mis en relation ». Pour David Caron chargé d’affaires au sein de l‘incubateur de l’université de Lille, « Que le projet d’entreprise se concrétise ou non, cela ne sera pas un échec (…), car pour la personne qui s’est lancée dans l’aventure ce n’est que du positif qui pourra être valorisé par la suite sur un circuit du monde du travail plus traditionnel ». Seul l’avenir (...) Lire la suite sur Public Sénat

Santé, retraites : les partenaires sociaux réclament plus de « solidarité » et « d’accompagnement »

Réforme institutionnelle : « Respectons le Parlement » réclame Patrick Kanner

Violences sexuelles sur mineurs : Le Sénat pose « un interdit »

Une jeunesse au service des autres

La réforme ferroviaire définitivement adoptée, après le vote du Sénat