20 ans de "Koh-Lanta", la "Star Ac" et le "Loft": Pourquoi a-t-on aimé fêter ces anniversaires en 2021?

·6 min de lecture

TÉLÉVISION - Il y a 20 ans, Loft Story, Koh-Lanta, et la Star Academy voyaient le jour. Ces trois émissions cultes, diffusées sur M6 et TF1, ont complètement chamboulé le paysage télévisuel français. Un constat que le prime de TF1 2001-2021: 20 ans d’émissions cultes, diffusé ce samedi, va sans nul doute émettre.

L’année 2021 a donc été particulière, puisque ces programmes iconiques ont fêté leur double décennie d’existence avec respectivement: un prime pour le Loft(diffusé en avril sur C8 et non sur M6), trois pour la Star Ac en octobre puis novembre sur TF1, une saison spéciale depuis août et une soirée évènement ce mardi 21 décembre pour Koh-Lanta (également sur la première chaîne).

Alors que nous sommes désormais en 2022, Le HuffPost a tenté de comprendre les raisons pour lesquelles le public, même 20 ans après, est toujours au rendez-vous de ces émissions, dont les primes anniversaires ont relativement bien marché en termes d’audience.

La preuve en est, ils ont été 1,12 million de téléspectateurs à suivre sur C8 les retrouvailles, menées par Benjamin Castaldi, entre certains anciens candidats de la première promo. Un prime dont Loana était d’ailleurs la grande absente pour soucis de santé. Avec 6% de part de marché entre 21h15 et 23h25, la chaîne du groupe Canal s’est alors placée en leader de la TNT.

En ce qui concerne la Star Academy (Star Academy: on s’était dit rendez-vous dans 20 ans), le résultat fut un peu plus mitigé, mais pas mauvais compte tenu de la concurrence (l’Équipe de France notamment). Si les scores ont été bons lors de la première des trois soirées, avec près de 4,2 millions de téléspectateurs, ils ont ensuite chuté lors des deux autres avec 3,03 et 2,84 millions de curieux devant leur télévision.

Pour Koh-Lanta, Adventure Line Productions a vu grand, en réunissant certains des candidats les plus marquants de l’histoire du jeu d’aventures (Claude, Teheiura, Jade, Clémence, Freddy ou encore Laurent) dans une saison intitulée Koh-Lanta: La Légende. Grande nouveauté cependant, l’émission n’était plus diffusée le vendredi, mais le mardi.

L’arrivée du Covid, un “contexte favorable”

Si ce changement de case a eu un certain impact sur les audiences, ces dernières sont restées plus qu’honorables avec une moyenne de 4,38 millions de téléspectateurs, soit 22.6% de l’ensemble du public, entre les mardis 24 août et 2 novembre. Battu plusieurs fois par France 3, le programme phare de TF1 s’est bien rattrapé sur le replay (jusqu’à 1 million de téléspectateurs à J+7).

Pour Éric Maigret, sociologue des médias à la Sorbonne Nouvelle, que Le HuffPost a contacté, ces chiffres peuvent s’expliquer de plusieurs manières. “Il y a tout d’abord un contexte général favorable. Les audiences télé, françaises, mais aussi européennes, ont explosé depuis l’arrivée du Covid en 2020 et les confinements successifs qu’il a engendrés”, nous explique-t-il.

À titre d’exemple: en 2020, l’audience télévisuelle européenne était supérieure à celle des États-Unis, où les confinements étaient moins forts. C’est la première fois dans l’histoire de la télévision que ce phénomène se produisait. En France plus précisément, une personne passait 3h58 par jour devant la télévision d’après Médiamétrie, contre 3h32 aux États-Unis. De plus, l’audience cumulée quotidienne française s’était élevée à 76,8%, soit 44,3 millions de personnes, une première là aussi. Des statistiques records qui ont de ce fait impacté 2021, malgré une légère baisse.

Par ailleurs, depuis leurs lancements respectifs, le Loft (qui n’a pourtant connu que deux saisons), la Star Ac et Koh-Lanta se sont faits une place de choix dans le quotidien de milliers voire millions de Français. “C’est là où la télé est la plus forte, dans la production d’évènements partagés comme la Coupe du monde de football, les grands-messes politiques, mais aussi la télé-réalité”, confirme Éric Maigret. “En particulier celle des origines, avec Koh-Lanta, Le Loft, la Star Ac. Ces émissions sont en grande partie familiales, elles renvoient à la construction du lien social, car on les regarde à plusieurs”, ajoute-t-il.

“Un business de la nostalgie”

Le sociologue va même plus loin: “En ce qui les concerne, c’est un business de la nostalgie”. Il développe: “Cette télé-réalité des origines est maintenant vécue à 20 ans de distance. Sans être dupe de leurs contenus, le public se rappelle de personnages auxquels il s’est attaché et identifié”.

Pour lui, cette “nostalgie” - fonds de commerce d’autres émissions comme Les Enfants de la télé (basée sur les archives télévisées) - incarne même un “aspect spécifique” de notre société actuelle. ”Les gens sont assez individualistes et très ancrés dans le présent. On pourrait donc croire que le rapport à certains passés serait aboli, mais ce n’est pas le cas”, indique-t-il au HuffPost. “Au contraire, les sociétés hyper modernes sont des sociétés de la commémoration et de la nostalgie. Elles créent du lien réflexif par cela”.

Il poursuit: ”Vivre dans le seul présent expose au risque de l’inconsistance, c’est un peu voir du sable couler entre ses doigts. S’éprouver soi-même comme individu, c’est découvrir des traces de soi, du collectif. Cela comprend les évènements télévisuels comme l’arrivée du Loft ou encore les premières années de la Star Ac, et donc les émotions partagées à l’époque”.

Un phénomène qui peut paraître assez paradoxal, puisqu’il y a 20 ans ces mêmes personnages et programmes de télé-réalité, que l’on acclame aujourd’hui, étaient pour certains conspués par une partie du public. “On appelait ça de la ‘trash tv’. Mais ils ont fini par entrer dans les mœurs”, nous livre Éric Maigret.

Et de pointer: “À présent des émissions comme Les Marseillais ou Les Anges sont encore plus considérées comme de la ‘trash tv’, donc le discours sur ce terme est relatif. Par opposition, on aurait donc d’un côté la ‘vraie’ télé-réalité familiale et sympa d’il y a 20 ans, et de l’autre celle d’aujourd’hui, jugée plus vulgaire avec les programmes que l’on connaît qui foisonnent sur les chaînes françaises”.

En attendant 2031, l’année “nostalgie” de ces programmes cultes s’est achevée le 21 décembre dernier, avec le prime spécial de Koh-Lanta diffusé sur TF1. Intitulé Koh-Lanta: La Grande Aventure, il a réuni Denis Brogniart et certains des aventuriers les plus emblématiques de l’émission, une semaine après la déception d’une finale gâchée.

À voir également sur Le HuffPost: À quoi ressemblait la télé en 2001 au lancement de “Loft Story”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles