20 ans après son assassinat en Afghanistan, un hommage au commandant Massoud à Paris

·1 min de lecture

Près de 20 ans après l'assassinat du commandant Massoud, « figure éternelle de la résistance » en Afghanistan, une allée parisienne a été baptisée à son nom samedi 27 mars par la maire de Paris Anne Hidalgo, en présence de son fils Ahmad Massoud.

Reportage de Louis Augry

Le commandant Massoud s'est construit sa réputation de génie militaire depuis les montagnes de sa région natale du Pandshir. Contre les Soviétiques d'abord, puis contre les talibans. Une lutte qu'il a menée, aussi sur le front des idées contre l'extrémisme religieux. Comme l'a rappelé son fils Ahmad Massoud

« Le commandant Massoud était la manifestation et l'incarnation de la sagesse et de l'Islam progressiste. Il était fermement contre les idées dogmatiques et extrémistes. Il défendait les droits de toutes les personnes, quelle que soit leur race, leur religion ou leur genre ».

Dans l'idéal d'un Afghanistan pacifique, le Lion du Panshir a été l'un des premiers à approcher les Talibans pour envisager des négociations sans jamais renier ses valeurs premières de liberté, comme le rappelle la maire de Paris Anne Hidalgo :

« Le combat du commandant Massoud, c’est le combat pour la liberté, le combat aussi pour le droit des femmes, la question de leur liberté, de leur libération, la question de leur droit est au cœur de votre combat parce qu’elle au cœur des libertés et qu’elle est au cœur des démocraties ».

Près de 20 après son assassinat, le commandant Massoud a désormais une plaque à son nom à Paris, c'est le premier hommage de ce type qui lui est rendu dans un pays occidental.