2 nouvelles missions d'exploration de Vénus pour la Nasa

·1 min de lecture

La Nasa a annoncé mercredi 2 juin 2021 deux nouvelles missions d'exploration de Vénus. Objectif de ces explorations de la planète la plus chaude du système solaire : mieux comprendre pourquoi elle est devenue le "monde infernal" qu'elle est aujourd'hui quand sa voisine, la Terre, est elle habitable.

Les deux missions vénusiennes annoncée mercredi 2 juin 2021 par la Nasa sont baptisées Davinci+ et Veritas. Elles devraient décoller "dans la période 2028-2030", a précisé l'Agence spatiale américaine dans un communiqué. "Elles vont permettre à la communauté scientifique d'étudier une planète où nous n'avons pas été depuis 30 ans", a déclaré le nouvel administrateur de la Nasa, Bill Nelson, lors d'une allocution annuelle devant le personnel de l'agence spatiale.

Un jour un océan sur Vénus ?

"Il y a Mercure, la planète la plus proche du Soleil, qui n'a pas d'atmosphère. Ensuite il y a Vénus, avec une atmosphère incroyablement dense. Puis il y a la Terre, avec une atmosphère habitable", a-t-il listé. "Nous espérons que ces missions vont nous permettre de mieux comprendre comment la Terre a évolué, et pourquoi elle est actuellement habitable, quand d'autres (planètes) ne le sont pas." Davinci+ devra mesurer la composition de l'atmosphère de Vénus, et déterminer si elle a un jour eu un océan.

Des nouvelles d'Artémis 1, la mission lunaire

"La mission consiste en une sphère qui plongera dans l'épaisse atmosphère de la planète, en faisant des mesures précises des gaz nobles et d'autres éléments", a expliqué la Nasa. Veritas devra pour sa part étudier l'histoire géologique de la planète, en étant placée en orbite autour d'elle. La mission devra "retracer les reliefs sur quasiment toute la surface de la planète afin de créer une reconstruction en 3D de la topographie, et confirmer si des processus tels que la tectonique ou le volcanisme sont toujours à l'oeuvre", selon la Nasa. Veritas devra également déterminer si des volcans actifs rejettent de la vapeur d'eau dans l'atmosphère. Bill Nelson a par ailleurs confirmé que Artémis 1, la première mission du programme de retour sur la Lune des Etats-Unis, serait lancée "plus tard cette année".

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi