Plus de 2 millions de personnes déplacées par le conflit du Tigré, dit un responsable local

·2 min de lecture
PLUS DE 2 MILLIONS DE PERSONNES DÉPLACÉES PAR LE CONFLIT DU TIGRÉ, DIT UN RESPONSABLE LOCAL

NAIROBI (Reuters) - Le conflit dans la région éthiopienne du Tigré, qui a éclaté début novembre, a fait environ 2,2 millions de personnes déplacées, dont la moitié après l'incendie de leurs maisons, a déclaré un responsable du gouvernement local.

Gebremeskel Kassa, un haut fonctionnaire de l'administration intérimaire du Tigré nommé par le gouvernement fédéral, a fait ces commentaires dans une interview diffusée mardi soir par la chaîne de langue tigrinya de l'ETV.

Le chiffre donné par le fonctionnaire est plus de deux fois supérieur à une estimation préliminaire selon laquelle les affrontements entre l'armée éthiopienne, ses alliés et les rebelles du Tigré auraient fait 900.000 déplacés et 50.000 réfugiés (dans les pays voisins).

Le gouvernement fédéral éthiopien a restreint l'accès au Tigré après le début des combats le 4 novembre entre ses troupes et le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), un parti politique qui gouvernait la province. Le gouvernement a clamé victoire fin novembre, mais le TPLF a juré de poursuivre le combat.

La crise du Tigré a remis en question la capacité du Premier ministre Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix en 2019 pour avoir mis fin à des décennies de conflit avec l'Erythrée, à préserver l'unité d'un pays ethniquement fragmenté.

Un responsable de la Commission éthiopienne nationale de gestion des risques de catastrophe a dit mercredi à Reuters que les chiffres cités par l'administrateur du Tigré n'étaient pas officiels.

Selon le décompte officiel, 110.000 personnes ont été déplacées par les combats et la situation de 1,8 million d'autres habitants est encore en cours d'évaluation.

Mitiku Kassa, le membre de la commission, admet toutefois que le nombre réel de déplacés est probablement bien supérieur au chiffre actuel.

(Rédaction de Nairobi et EmmaFarge à Genève, version française Flora Gomez, édité par Jean-Stéphane Brosse)