2 millions de cas d'asthme chez les enfants chaque année en lien avec le trafic automobile

·2 min de lecture

Chaque année, près de deux millions de cas d'asthme pédiatrique sont imputables à la pollution au dioxyde d'azote créée par le trafic automobile, selon la plus large étude jamais réalisée sur le sujet.

Chaque année, la pollution due au trafic routier causerait près de 2 millions de cas d'asthme chez les enfants, selon une étude inédite publiée dans la revue . C'est la première au monde à estimer le poids de la pollution sur l'asthme pédiatrique dans près de 13.000 villes dans le monde, de Los Angeles à Bombay.

"Notre étude montre que le dioxyde d'azote accroît le risque des enfants de développer de l'asthme et ce problème concerne tout particulièrement les aires urbaines", explique Susan Anenberg, co-autrice de cet article et professeure de santé environnementale à l'université George Washington. Tandis que seulement un tiers des enfants vivent dans des zones urbaines dans le monde, c'est là qu'ont été identifiés deux tiers des asthmes pédiatriques imputables au dioxyde d'azote.

Pour arriver à ces conclusions, l'équipe a étudié les concentrations de dioxyde d'azote (NO2), un polluant émis, entre autres, par les pots d'échappement des véhicules. "Les sources anthropogéniques (créées sous l'action de l'humain, ndlr) comprennent des émissions de gaz issues de transports routiers et non routiers (des véhicules de service petits, moyens, et grands, le transport maritime et l'aviation), les centrales nucléaires, l'industrie manufacturière et l'agriculture", explique l'étude. Les chercheurs ont ensuite croisé ces données avec l'incidence des cas d'asthme développés par les enfants entre 2000 et 2019, dans plus de 13.000 villes à travers le monde.

Une amélioration en Europe et aux Etats-Unis

Parmi les 1,85 millions de nouveaux cas d'asthme pédiatrique attribués au dioxyde d'azote en 2019, deux-tiers provenaient de zones urbaines. Un "fardeau de santé publique" qui touche en particulier l'Asie du Sud et du Sud-Est. De façon globale, la part de cas d'asthme pédiatrique liés au dioxyde d'azote est passé de 20% en l'an 2000 à 16% en 2019. Une baisse due à une meilleure qualité de l'air en Europe et dans certaines parties des Etats-Unis. Tandis que la qualité de l'air s'est am[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles