Les 2 mesures de Macron pour l'éducation sur lesquelles il faudra être vigilant

Colombe Brossel
Les 2 mesures de Macron pour l'éducation qu'il faudra sur lesquelles il faudra être vigilant.

Monsieur le Ministre,

Nous apprenons votre nomination au poste de Ministre de l'éducation nationale et nous tenons à vous en féliciter.

Vous nous permettrez de regretter que votre ministère soit passé de la 3e à la 11e place dans l'ordre protocolaire alors que le candidat Emmanuel Macron avait martelé dans la campagne présidentielle que l'éducation serait l'une de ses priorités.

Nous espérons que vous obtiendrez que l'éducation demeure le premier sujet et le premier budget de Nation, comme ce fut le cas depuis 2013 avec la loi d'orientation et de programmation pour la Refondation de l'école de la République. Le temps de l'éducation n'est pas celui du politique et l'école publique a besoin d'un engagement continu de l'Etat pour se rénover. Elle a besoin de continuité et de stabilité pour ne pas revivre les années Sarkozy, quand les réductions drastiques de postes, que vous avez mis en œuvre en tant que Directeur général de l'enseignement scolaire, ont tant abîmé l'école.

Votre feuille de route pour l'école primaire, telle qu'annoncée par Emmanuel Macron, comprend pour la rentrée de septembre 2017 l'instauration de 12 élèves par classes en CP et CE1 dans les REP et REP+ et l'assouplissement de la réforme des rythmes scolaires. Nous savons la volonté du Président de la République d'aller vite, nous souhaitons pour autant qu'il ne confonde pas vitesse et précipitation.

Ce calendrier prévoit en effet plusieurs réformes qui menées à la hussarde pourrait s'éverer contre-productives. C'est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Ministre, de prendre le temps de la concertation et de l'évaluation avec la communauté éducative avant d'imposer ces mesures.

Vouloir instaurer à la rentrée de septembre prochain 12 élèves par classe en CP et en CE1 dans les REP et les REP+, c'est réaffirmer une logique comptable à laquelle l'éducation prioritaire voulait justement échapper. Pourquoi 12 élèves ? Pourquoi pas 10 ou 15 élèves ? Apprend-t-on durablement mieux dans une...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages