Ce 1er traitement pour un trouble rare du sommeil est chimiquement très proche du GHB, la "drogue du viol"

·2 min de lecture

La Federal Drug association, l'autorité de régulation sanitaire américaine, vient de donner son feu vert au premier traitement de l’hypersomnie idiopathique. Ce trouble du sommeil rare est défini par une hypersomnie excessive sans récupération.

Ce sera le premier médicament de l’hypersomnie idiopathique (voir encadré), un trouble du sommeil rare et très handicapant, défini par une hypersomnie excessive diurne sans récupération pour le dormeur. Commercialisé par le laboratoire américain Jazz, cette solution buvable, le Xywav (calcium, magnésium, potassium, oxybate de calcium) avait en fait déjà obtenu une première indication pour un autre trouble du sommeil, la narcolepsie avec ou sans cataplexie (perte du tonus musculaire) chez l'adulte et l"enfant de plus de 7 ans sous la dénomination de Xyrem. Cette suspension chimiquement très proche du GHB, dite aussi "la drogue du viol" (rape drug), dans une nouvelle indication, l'hypersomnie idiopathique. Le Xywav, est en fait la version très réduite en sodium du Xyrem.

Feu vert et alertes orange

Mais sous ce feu vert on trouve quelques alertes orange. Selon , au sein même de la commission de la FDA, la récente approbation n'a pas été accordée à l’unanimité et ce pour plusieurs raisons détaillées par les détracteurs : trop petit effectif (une centaine de patients), données non encore publiées et simplement communiquées lors d’un colloque scientifique, une balance bénéfice-risque qui reste pour certaines discutable et enfin le fait qu'il n'y ait pas eu de recours à un comité consultatif.

Interrogée par le quotidien américain, la spécialiste française de cette pathologie, le Pr Isabelle Arnulf, spécialiste des troubles du sommeil au CHU de la Pitié-Salpêtrière à Paris qui a elle participé aux travaux, a pour sa part déclaré que malgré quelques effets secondaires (nausées, anxiété, étourdissements), les scores de somnolence des patients s’étaient très notablement améliorés, et ce de manière rapide, d’où l’enthousiasme des partisans de la molécule.

A noter que le mécanisme d’action du Xywav reste à ce jour encore mal connu. La substance active de Xyrem, l’oxybate de sodium dont le Xywav est donc un dérivé, est un dépresseur du système nerveux central. On pense qu’il s’at[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles