Un 1er mai syndical dispersé

Libération.fr
A Marseille, le 1er mai 2016.

Les confédérations n'ont pas su s'entendre sur un mot d’ordre commun pour le défilé parisien. La CFDT et l’Unsa se rejoindront à Jaurès pour appeler à voter Macron face au Front national. La CGT et FO manifesteront de République à Nation contre les «reculs sociaux qui font le terreau de l'extrême-droite».

Il semble loin, le 1er mai 2002, quand Bernard Thibault, pour la CGT, et Nicole Notat, de la CFDT, défilaient côte à côte pour appeler les salariés à «faire barrage par leur vote à Jean-Marie Le Pen». Quinze ans plus tard, incapables de trouver un compromis sur un appel commun, les syndicats se scinderont. D'un côté, les organisations qui appellent sans ambiguïté à voter pour Emmanuel Macron afin d'empêcher Marine Le Pen d'accéder au pouvoir. De l'autre, celles qui refusent d'évoquer la montée de l'extrême droite sans la lier à son «terreau» économique et social.

A 11 heures, la CFDT, l'Unsa et la Fage (première organisation chez les étudiants) inaugureront la journée par un rassemblement statique au métro Jaurès, dans le XIXe arrondissement de Paris. Avec un objectif unique : faire barrage au Front national en élisant le leader d'En marche. La CFDT a été la première à rédiger un communiqué en ce sens dimanche soir. L'Unsa, proche de la centrale réformiste, exhorte aussi les salariés à voter, le 7 mai, pour le «seul candidat républicain en lice».

Autres participants, autres slogans, à partir de 14h30. De la place de la République à la Nation, la CGT, Force ouvrière, la FSU, Solidaires, l'Unef et les syndicats lycéens défileront «pour en finir avec les reculs sociaux qui font le terreau de l'extrême-droite». La CGT, Solidaires et la FSU ont appelé dès le début de semaine à repousser le FN. Mais sans citer Emmanuel Macron, ni se contenter de ce mot d'ordre. Opposés à de nombreux points de la loi Macron comme de la loi Travail, tous veulent lier la montée de l'extrême droite aux «politiques libérales», à (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Les anciens collègues de Francis Heaulme à la barre
Pierre Moscovici veut «une meilleure Europe contre le populisme»
Raffarin accueille Macron dans la Vienne
Législatives : Rama Yade canditate à Blois au nom de «la France qui ose»
Jean Lassalle appelle à voter blanc au second tour

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages