1er-Mai: la "street-médic" accusée d'avoir agressé un pompier condamnée à 10 mois de prison

La femme de 38 ans était soupçonnée d'avoir frappé un pompier au niveau du casque lors de la manifestation du 1er-Mai à Paris.

L'absence de la prévenue n'a pas empêché son procès de se tenir. La femme "street-médic" accusée d'avoir agressé un pompier lors de la manifestation du 1er mai a écopé de 10 mois de prison ferme ce mercredi, alors qu'elle était jugée au tribunal de Paris.

Elle doit également verser 700 euros au pompier, au titre du préjudice moral, ainsi qu'un euro à Didier Lallement, préfet de police de Paris, pour le même motif. En outre, elle a l'interdiction de manifester pendant un an.

L'audience s'est déroulée en l'absence de la prévenue ainsi que celle de ses avocates, qui ont préféré quitter la salle en apprenant que le procès ne serait pas renvoyé. Selon l'une d'elles, leur cliente a dû se rendre aux urgences psychiatriques la veille en raison de crises d’angoisse et d’insomnie.

La prévenue absente de son procès

Toujours d'après l'avocate, cette réaction est liée à une autre audience qui s'est tenue mardi, au cours de laquelle le frère de sa cliente a écopé de 3 ans de prison pour des violences familiales à son encontre. Le médecin des urgences lui avait donc prescrit un arrêt maladie jusqu’au 3 juin inclus, mais le président a refusé le renvoi de l'audience, malgré les demandes de l'avocate.

Le pompier, présent aux côtés de son avocat, est pour sa part revenu sur les faits, expliquant qu'il tentait d'éteindre un feu sur une barricade pendant la manifestation, lorsque la femme de 38 ans s'est jetée sur lui en le frappant au visage, jusqu'à, précise-t-il, fêler la visière de son casque, et tentant de lui arracher sa lance à eau.

Le parquet avait requis huit mois d'emprisonnement, c'est finalement deux mois supplémentaires que devra purger la "street-médic". Sur demande auprès du juge d'application des peines, cette peine pourrait être aménagée.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - 1er mai : des violences, un pompier agressé

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles