1er-Mai : la manifestation parisienne s'est élancée, quelques tensions

·2 min de lecture

Le cortège parisien de la traditionnelle manifestation du 1er-Mai a quitté place de la République pour celle de la Nation samedi en début d'après midi. Dans ses rangs, leaders de la CGT, de FO, et de la CFDT ont été vus côte à côte. Peu avant le début de la marche, une "tentative de constitution de Black Bloc" a obligé les forces de l'ordre à intervenir.

Plusieurs milliers de manifestants ont quitté samedi la place de la République à Paris en direction de celle de la Nation, pour célébrer la journée internationale des travailleurs, quelques tensions émaillant rapidement le cortège. À l'appel de la CGT, FO, la FSU, Solidaires et des organisations de jeunesse Unef et UNL, le cortège s'est ébranlé derrière une banderole proclamant : "pour les droits sociaux, les libertés, contre l'état d'urgence, pour la paix et la solidarité internationale". 

Des tensions sont rapidement apparues, avec des "tentatives répétées de constitution d'un black bloc en avant du cortège syndical" qui ont longuement bloqué les manifestants, selon une source policière. Le cortège avançait de façon sporadique. Les fauteurs de trouble étaient estimés à "quelques centaines", tandis que 5.000 policiers et gendarmes étaient mobilisés dans la capitale, de source policière. La préfecture de police a fait état de 34 interpellations. Quatorze personnes ont été placées en garde à vue, selon le parquet.

Manifester "contre la dictature sanitaire"

"C'est la fête des travailleurs, les droits du monde du travail doivent être défendus et regagnés car ils ont été entamés par des politiques sous Hollande et Macron, des politiques néolibérales", a témoigné Julien, 47 ans, qui vient manifester tous les ans. Les "Rosies", revêtues de leur bleu de travail à l'image de Rosie la riveteuse, ont entonné leurs chansons accompagnées de chorégraphies, selon le rituel qui les avaient ...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :